Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

« As CEO of DEPE I am another proof that women can lead »

Publié le par Kyradubai

« As CEO of DEPE I am another proof that women can lead »

Laila Mohamed Suhail is the young CEO of the Dubai Events and Promotions Establishments (DEPE). From her office, she sets the tempo event of a city that has earned the reputation of being one of, if not THE most run shopping destination in the world. INTERVIEW.

Tell us about the Dubai Shopping Festival (DSF) and the Dubai Events and Promotions Establishments (DEPE) ?

The DSF was launched in 1995 by Sheikh Mohammed and the first event took place a year later. We used to be an office. It is the major city Festival of Dubai. We work as an organization falicitating that. In 1998, we launched Dubai Summer Surprises (DSS), the second city festival. It was a major impact in terms of visitors. In 2008, we then proceeded with Eid in Dubai and Ramadan in Dubai. In 2009, a new decree was passed by our Ruler to change the mandate of the DSF office to be known as the Dubai Events and Promotions Establishments (DEPE). We received a new assignment to work on a calendar of events, as a platform to facilitate the organization of all events in Dubai. I am the CEO of DEPE.

May I ask how old you are to be in charge of these highly successful festivals in a city like Dubai, one of the favorite shopping destinations in the world ?

I am 36 years old.

How did all this happened ?

I started with DSF as the Sponsorship Coordinator in 1995. I was then employee of the government for the Department of Economic Development. I have grown to Sponsor Manager in 2000, Chief Marketing officer in 2004 and promoted Chief Executive Officer of DSF in 2008. First I accumulated exeperience with the organization which associated us from the beginning. The scope and the nature of it is too vibrant and active so while organizing you interact with the private sector, the government, the media. It gives you a huge amount of experience and knowledge. In have been involved in 32 city festivals : 17 years for the DSF and 15 years for the DSS. I was involved with these events from inception.

How did you build this career being a woman ?

As Emirati women, we receive great support from our leaders especially Sheikh Mohammed. He is always encouraging women leadership. I am also heading the Dubai Sports Comittee headed by the Crown Prince who has great belief in sports. So even there we have good support.

Whose idea was it to launch the DSF ?

His highness.

You seem passionate about your job ?

I am passionate, yes. It is a very unique sector where you interact with different stakeholders, with different sectors of the city, different people. Organizing events in a city like Dubai you get to interact with so many different nationalities.

Ambitious ?

I am passionate, I love my job. I love the events sector and I am also a creative person. I like to think of new ideas. I love challenges. Marketing is my passion.

What better canvas than Dubai ?

Dubai is a reality where ideas come to life, a place where dreams come true. In the last 15 years we have seen Dubai Marina, Downtown, Burj Khalifa, Dubai Mall. All these visions, we feel them every day. Ideas are realized here. It pushes you to be creative when you see the results.

How many visitors DSF attracted in the beginning and now ?

We started with a million plus visitors and we had 4,6 million in 2012. We had 15 malls and today there are more than 50. We had 1000 retail brands and there are more than 6000 retail outlets participating in sales and discount now.

What is the secret or the reason for such a success ?

Our communication with the sectors. The most exciting part is that we all work together the government and the private sector. There are lots of synergies. This is the reason for our success in Dubai. People from abroad ask us « how do you make it happen ? » It’s this relationship, the team work, supporting each other. They sponsor our events, we involve them in our activities, we give feedback, we consult them, we support them, we make their business easier.

As a brand specialist, you would say Dubai is the best brand to work for ?

Definitely.

Why is it important for the brands to be part of DSF ?

DSF is one of the strongest season for retailing. They plan promotions and activities in advance.

Tell us about your background ?

I have a diploma from London City College for Processing and Programing. I am now doing via Internet a Masters in Programing with the Chartered Institute of Marketing (CIM).

How did you convince the sponsors in the region and overseas ?

That this is a city where dreams become reality. People believe that in Dubai. So the private sector believed in the city and its leadership who built Dubai as a brand and believed in this brand. The retailers feel the benefits of the festivals and see the increase in visitors.

What is your next challenge ?

Dubai has been growing tremendously. When DSF was launched in 1996, the city was different. Today it needs more and more activities, expectations are very high from the government and the public. So they look for us to reinvent and rejuvenate the festivals.

What are you most proud of ?

Being involved with a unique sector which supports the economy and the growth of the city. I am proud of being involved in the events sector and being associated with the brands DSF and DSS. I did 18 DSF, 16 DSS and 8 Eids !

How many employees do you manage ?

65 in all DEPE structure.

How is it to manage men as a woman ?

We are blessed in this county to have a government which believes in woman and our capabilities. Though here in the Middle East we live in a “man’s” world, our government recognized the potentials in us. Nowadays the percentage of women in leading roles within the government has raised and is raising. I think DEPE is another proof that women can lead and I have been doing this for quite some time now. I have started as a joiner staff 18 years ago with DSF and now I head a professional team that managed to deliver renowned festivals with international recognition.

Are you married ?

No but I have a big family with eight borthers and sisters and my mother. My father passed away last year. I spend time with my sisters’ kids.

In which field did your parents work?

My father was a customs employee and my mother a housewife.

They must be proud of you ?

They are. Their prayers at home, that’s what helpd us going also.

Can you imagine, your mother in your place forty years ago ?

We are a 41 year old country. All of us are very proud of the achievements of our country. Such a huge development and growth in such a short period of time.

What is your relationship with Sheikh Mohammed ?

I have seen him a lot of times. Despite all his responsibilities, he always treats you as if he was close to you and encourages you to do more, encourages the leadership team.

What are the main qualities he has, that comes first to your mind ?

He is a true leader. A man who can make dreams come true and a loving father : he deals with us as if we were his kids.

It is not the only time I hear that and such a relationship is very particular to Dubai ?

We are very emotional as a people.

What do you want to become as a young girl ?

So many things. A doctor, an engineer.

What would you say to young women who wish to start a career ?

I say we are blessed to be born in the UAE and in this country we have great opportunities. All it requires is passion and hard work and we can achieve .

What are your best shopping places in the world ?

London, New York, Hong Kong, Singapour. I shop everywhere. I am a shopoholic !

The best shopping place in Dubai ?

Everywhere.

For more information :

The Dubaï Shopping Festival ends February 3rd 2013

Dubai Shopping Festival 1996 – 2011

Facts & Figures

• The longest running festival of its kind in the world (18 years)

• Total number of visitors reached 50 million

• Total spending reached AED 88 Billion

• Value of prizes reached AED 1.4 Billion

• More than 40 activities recorded in the Guinness Book of Records

Year Visitors Total Spend

1996 1,6 million AED 2,15 Billion

2010 3.5 million AED 10 Billion

2011 3.98 million AED 15.1 Billion

2012 4.36 million AED 14.7 Billion

Voir les commentaires

"Je suis une preuve de plus que les femmes peuvent diriger"

Publié le par Kyradubai

"Je suis une preuve de plus que les femmes peuvent diriger"

Laila Mohamed Suhail est la jeune Directrice générale de l’Etablissement en charge des Evénements et de la Promotion de Dubaï. De son bureau, elle donne le tempo événementiel d’une ville qui s’est forgé la réputation d’être l’une, voire LA, destination shopping la plus courue au monde. INTERVIEW.

Comment le Dubai Shopping Festival (DSF) et l’Etablissement en charge des Evénements et de la Promotion de Dubaï (DEPE) ont-ils vu le jour?

Le DSF a été lancé en 1995 par Sheikh Mohammed et le premier événement a eu lieu un an plus tard. Nous fonctionnions alors comme un bureau. Le DSF est le plus grand festival de Dubaï. Nous sommes chargés de faciliter l’organisation du festival. Nous avons ensuite lancé Dubai Summer Surprises (DSS) en 1998, le deuxième festival de la ville. Cela a eu un impact majeur en terme de fréquentation. En 2008, nous avons continué avec Eid à Dubaï et Ramadan à Dubaï. Puis, en 2009, notre Souverain a passé un décret pour changer le mandat du DSF qui est alors devenu l’Etablissement en charge des Evénements et de la Promotion de Dubaï (DEPE). Notre nouvelle mission consistât alors à travailler à un calendrier d’événements et devenir une plateforme dont le rôle est d’aider à l’organisation de tous les événements de Dubaï. J’en suis la Directrice générale.

Puis-je vous demander votre âge pour être ainsi à la tête des festivals les plus réussis d’une ville comme Dubaï, l’une des destinations les plus prisées en terme de shopping ?

J’ai 36 ans.

Comment en êtes-vous arrivée là?

J’ai débuté comme Coordinatrice sponsors avec le DSF en 1995. J’étais alors fonctionnaire du Département du développement économique. Je suis devenue Sponsor Manager en 2000, Cheffe du marketing en 2004 et j’ai été promue Directrice générale du DSF en 2008. L’étendue et la nature de notre organisation si vivante et active m’ont permis d’acquérir une expérience qui va croissant. Alors que vous organisez vous inter-réagissez avec le secteur privé, le gouvernement et les média. Cela vous donne une immense quantité d’expérience et de connaissances. J’ai été impliquée dans 32 festivals de la ville : 17 ans pour le DSF et 15 ans pour le DSS. J’ai été associée à ces événements depuis le commencement.

Comment avez-vous bâti cette carrière en tant que femme ?

En tant que femmes émiraties, nous bénéficions d’un grand soutien de nos leaders, en particulier Sheikh Mohammed. Il encourage toujours le leadership féminin. Je suis aussi à la tête du Comité Sportif de Dubaï dirigé par le Prince héritier qui croit beaucoup au sport. Même là nous sommes soutenues.

Qui a eu l’idée du DSF ?

Son Excellence.

Vous semblez passionnée par votre travail ?

Je le suis, oui. C’est un domaine vraiment unique où l’on interagit avec les différentes parties prenantes, secteurs de la ville, des gens très divers. Organiser des événements dans une ville comme Dubaï vous met en contact avec tellement de nationalités différentes.

Etes-vous ambitieuse ?

Je suis passionnée. J’aime mon travail. J’adore le secteur événementiel et je suis une personne créative. J’aime trouver de nouvelles idées. J’aime les challenges. Le marketing est ma passion.

Quelle meilleure toile que Dubaï ?

Dubaï est un endroit où les idées prennent forme, où les rêves se réalisent. Ces 15 dernières années, nous avons vu se construire la Marina, Downtown, Burj Khalifa, Dubai Mall. Toutes ces visions, nous en faisons l’expérience chaque jour. Les idées sont réalisées ici. Cela vous pousse à la créativité lorsque vous en voyez les résultats.

Quel était le taux de fréquentation du DSF au début et maintenant ?

Nous avons commencé avec un peu plus d’un million de visiteurs et nous en avons eu 4,6 millions en 2012. Nous avions 15 malls et aujourd’hui nous en comptons plus de 50. Un millier de marques participaient et elles sont plus de 6000 à proposer des rabais et participer à la saison des soldes à présent.

Quel est le secret ou la raison d’un tel succès ?

Notre communication avec les différents secteurs. La chose la plus excitante est que nous travaillons tous ensemble, le gouvernement et le secteur privé. Il existe de nombreuses synergies. C’est la raison de notre succès. Les gens de l’étranger nous demandent « comment faites-vous cela ? » C’est la relation, le travail d’équipe, le soutien que nous nous apportons les uns les autres. Ils sponsorisent nos événements, nous les impliquons dans nos activités, nous leur donnons du feedback, nous les consultons, nous les soutenons, nous facilitons leur business.

En tant que spécialiste de marques, diriez-vous que Dubaï est la meilleure marque pour laquelle travailler ?

Absolument.

Pourquoi est-ce important pour les marques de faire partie du DSF ?

C’est l’une des saisons les plus importantes du commerce de détail. Ils planifient leurs promotions et leurs activités à l’avance en fonction du DSF.

Quel est votre parcours?

J’ai un diplôme du London City College en Traitement et Programmation. Je suis en train de faire un masters via Internet en Programmation au Chartered Institute of Marketing (CIM).

Comment avez-vous convaincu les sponsors de la région et du monde ?

En leur montrant que Dubaï est une ville où les rêves deviennent réalité. Dubaï s’est forgé cette réputation. Grâce à cela, le secteur privé a cru en Dubaï et son leadership, qui a construit la ville comme une marque et a cru en cette marque. Les détaillants ressentent les bienfaits du festival et voient la fréquentation augmenter.

Quel est votre prochain challenge ?

Dubaï a énormément grandi. Lorsque nous avons lancé le DSF en 1996, la ville était différente. Aujourd’hui elle a besoin de plus en plus d’activités, les attentes sont très élevées de la part du gouvernement et du public. Ils attendent de nous que nous réinventions et que nous rajeunissions les festivals.

De quoi êtes-vous le plus fière ?

Faire partie d’un secteur d’activités unique qui bénéficie à l’économie et à la croissance de la ville. Je suis faire de faire partie du secteur événementiel et d’être associée aux marques DSF et DSS. J’ai fait 18 DSF, 16 DSS et 8 Eids !

Combien d’employés dirigez-vous?

65 dans toute la structure DEPE.

Comment est-ce d’être une femme directrice générale ?

Nous sommes bénies dans ce pays d’avoir un gouvernement qui croit aux femmes et à leurs capacités. Malgré le fait qu’au Moyen-Orient nous vivons dans un monde d’hommes, le gouvernement reconnaît notre potentiel. De nos jours le pourcentage de femmes occupant des postes à responsabilité au sein du gouvernement a augmenté et continue d’augmenter. Je crois que le DEPE est une preuve de plus que les femmes peuvent diriger et je l’ai fait depuis quelques temps déjà. J’ai commencé comme employée il y a 18 ans pour DSF et je suis aujourd’hui à la tête d’une équipe professionnelle qui a monté des festivals de renommée internationale.

Etes-vous mariée?

Non mais j’ai une grande famille de huit frères et sœurs et ma mère. Mon père est décédé l’année dernière. Je passe du temps avec mes neveux.

Dans quoi travaillaient vos parents ?

Mon père était un employé des douanes et ma mère femme au foyer.

Ils doivent être fiers de vous?

Ils le sont. Leurs prières, c’est aussi cela qui nous aide à avancer.

Pouvez-vous imaginer votre mère à votre place quarante ans plus tôt?

Notre pays a 41 ans. Nous sommes tous très fiers de ce qu’il est devenu. Un tel développement et une telle croissance en si peu de temps.

Quelle est votre relation avec Sheikh Mohammed ?

Je l’ai vu de nombreuses fois. En dépit de ses responsabilités, il vous traite toujours comme s’il était proche de vous et vous motive à faire plus, il encourage l’équipe de direction.

Quelles sont ses principales qualités qui vous viennent en tête?

C’est un vrai leader. Un homme capable de réaliser les rêves et un père aimant : il nous traite comme si nous étions ses enfants.

Ce n’est pas la première fois que j’entends cela et une telle relation est vraiment propre à Dubaï ?

Nous sommes un peuple très émotionnel.

Que vouliez-vous devenir petite fille ?

Tant de choses. Médecin, ingénieure…

Que diriez-vous aux jeunes femmes qui démarrent leur carrière ?

Je leur dis que nous sommes bénies d’être nées aux Emirats arabes unis et que ce pays offre de grandes opportunités. Tout ce qu’il faut c’est de la passion et du travail et vous pouvez réussir.

Quelles sont vos destinations shopping préférées?

Londres, New York, Hong Kong, Singapour. Je fais du shopping partout. Je suis accroc au shopping !

Le meilleur endroit où faire du shopping à Dubaï ?

Partout.

Plus d'infos:

Le DSF a lieu jusqu'au 3 février 2013

Dubai Shopping Festival 1996 – 2011

Faits & Chiffres

• Le plus ancien festival de ce genre dans le monde (18 ans)

• Nombre de visiteurs atteints 50 millions

• Total des dépenses AED 88 Milliards

• Plus de 40 activités recensées dans le Guinness Book des Records

Année Visiteurs Total dépensé

1996 1,6 million AED 2,15 Milliards

2010 3.5 millions AED 10 Milliards

2011 3.98 millions AED 15.1 Milliards

2012 4.36 millions

Voir les commentaires

DOSSIER SPORT: La course de fond du Sharjah Ladies Club à faire du sport féminin une évidence

Publié le par Kyradubai

DOSSIER SPORT: La course de fond du Sharjah Ladies Club à faire du sport féminin une évidence

Nada Abdul Razaq Askar, directrice du Département des sports des femmes du Ladies Club de Sharjah, explique l'action menée par Sheikha Jawaher bint Mohammed Al Qassimi et son équipe pour faire évoluer les mentallités et leur ambition pour la nouvelle génération de sportives. INTERVIEW

En quoi Sheikha Jawaher a-t-elle œuvré pour les femmes et le sport ?

Son Excellence a eu, la première, l’idée d’un club uniquement consacré aux femmes et ainsi le Sharjah Ladies Club a vu le jour en 1982. Elle a toujours soutenu le sport pour les femmes. Elle est aussi à l’origine de la première équipe de volleyball en 1993. Nous sommes le premier Club du pays et même des pays du Golfe à avoir des équipes. Le Club a débuté avec trois sports: le volleyball, le basketball et le tennis de table. En 1997, nous avons organisé le premier tournoi du Golfe qui a lieu tous les deux ans depuis. Nous avons ajouté le karaté et le tir. Notre ambition est d’arriver à huit sports en compétition dans les pays du Golfe. Nous voulons aussi participer aux tournois internationaux. Nous avons également organisé les championnats des pays arabes –sorte de jeux olympiques régionaux- l’année dernière pour cinq sports. Ce sont toutes les réalisations du département des sports femmes de Sheikha Jawaher.

Quelle vision avez-vous en tant que directrice du département ?

L’idée est de se développer et asseoir ce département afin de promouvoir la place des femmes dans le sport. En 2009, nous avons reçu le premier prix du concours des organisations locales. Nous proposons huit sports à présent et avons ouvert le premier hall de tir pour femmes des E.A.U. Je voudrais aussi que nous fassions partie du Comité olympique et que nous participions aux tournois olympiques.

Comment êtes-vous devenue directrice du Départements des sports femmes ?

J’ai commencé comme bénévole en 2003 pour organiser le tournoi des pays du Golfe. En 2008, nous avons créé le Département et son Excellence m’a choisie pour le diriger.

Quelle est votre mission ?

Participer aux J.O. 2016 au Brésil. Il faudra beaucoup s’entraîner et planifier afin d’avoir des joueuses qualifiées. Il faudra aussi travailler à changer la culture des femmes aux E.A.U., à l’approbation par la société de la présence des femmes dans le sport. Depuis que nous avons commencé, les choses ont beaucoup évolué. Avant 2005, les hommes et la société n’acceptaient pas que les femmes fassent du sport. Seuls quelques exceptions le toléraient. Grâce à nos hauts dirigeants qui soutiennent les sportives et croient aux femmes, nous avons vu fleurir des comités, des départements et un soutien académique en faveur des femmes dans le sport à Dubai, Abu Dhabi ou Sharjah. C’est une très bonne chose aux E.A.U. Mais il nous faut encore plus de soutien de la part des hommes et des médias. Si mon père et mon frère me m’épaulent, je réussirais mieux que si je suis seule à lutter.

Qu’est ce qui pose encore problème ? L’habillement, par exemple?

Des questions traditionnelles… Si une femme veut jouer, elle le peut mais dans un environnement de femmes uniquement. Elle ne doit pas apparaître dans les magazines ou à la télévision en habits de sports. Elle doit se montrer en conformité avec la culture et l’Islam: sa tenue de sport est adaptée et elle met le hijab, de longues manches, de longues jupes, etc… Grâce aux changements dans notre culture, certaines familles acceptent que leurs filles jouent sans. Lors de chaque tournoi, nous demandons la permission des parents. Certains acceptent. Le dernier tournoi des pays arabes était couvert par les média. C’était même du live.

Et qu’en est-il des déplacements seules à l’étranger ?

C’était une préoccupation mais nous participons maintenant à des tournois où des hommes sont présents. Les familles savent que nous prenons soin de leurs filles. Elles sont plus concernées par leurs études lorsque les filles ont des examens en même temps.

Existe-t-il encore des sports que les filles ne peuvent pratiquer ?

La natation est encore un peu difficile. Ce n’est pas encore vraiment accepté que des filles pratiquent ce sport en raison des maillots de bain. La gymnastique et même le tennis peuvent poser problème. Les mini jupes que vous voyez dans les tournois internationaux… Et c’est quelque chose que nous ne pouvons pas changer. Cela prendra un peu de temps mais je crois que cela finira par être toléré. Bientôt nous aurons une équipe de tennis féminine. Les filles y jouent déjà comme hobby.

Quels sports sont traditionnellement populaires aux E.A.U ?

Les Emiratis aiment les sports d’équipe. Ils adorent le basket et le volleyball. Nous avons maintenant une grande équipe de tir car il est plus facile rapide de gagner une médaille seul. Le tir à l’arc est encore un sport très nouveau ici. Mais nous avons déjà 15 filles qui le pratiquent. Sinon, les sports traditionnels sont la chasse aux oiseaux, les courses de chameaux et de chevaux, de bateaux, et la fauconnerie.

L’Islam encourage-t-il les femmes à pratiquer le sport?

L’Islam soutient le sport des femmes. Dans le Coran, vous pouvez lire que des femmes montent à cheval et pratiquent le tir à l’arc. Il y a des femmes dans l’armée et c’est sain pour les femmes de faire du sport.

Les filles s’arrêtent-elles de faire du sport quand elles se marient et ont des bébés ?

Certaines continuent mais la plupart arrêtent à cause de leurs maris, des bébés, de la nouvelle vie, ce qui est une erreur. Dans notre équipe de tir la plupart des femmes sont mariées et elles s’entraînent même enceinte ! Je dis toujours aux filles « il s’agit de vous et pas de vos maris ». Vous devez en discuter sinon elles sont stoppées en plein dans leur essor. Cela fait partie de notre culture et c’est quelque chose que nous devons changer. Je viens moi-même de me fiancer et avant de m’engager j’ai dit à mon futur mari : « C’est qui je suis. Je voyage, je travaille. Je ne changerais jamais ma vie. » Je lui ai dit : « Pour toi je ferai n’importe quoi mais j’espère que nous pouvons tous deux accepter nos futures vies ». J’espère que les membres de notre société vont commencer à penser ainsi. Les rapports hommes-femmes sont encore très traditionnels. Mais ici à Sharjah nous nous ommes ouverts plus vite que dans d’autres émirats car son Excellence et notre gouvernement croient au changement pour les femmes et soutiennent la présence des femmes dans les conseils gouvernementaux et dans des postes de prise de décision.

Nada Abdul Razaq Askar a travaillé pour le Conseil Suprême en charge des affaires familiales et de la femme de Sharjah, dirigé par Sheikha Jawaher bint Mohammed Al Qassimi, avant d’être nommée à ce poste.

DOSSIER SPORT: La course de fond du Sharjah Ladies Club à faire du sport féminin une évidence

GRAINES DE CHAMPIONNES. PORTRAIT DE QUATRE SPORTIVES MEDAILLEES.

« Faire du sport, c’est aussi une façon de vivre selon nos traditions »

Moza a commencé le tir à l’arc à l’âge de 11 ans. Dans son école Alzuhour à Sharjah, ils distribuaient de la documentation sur ce sport. « Tiens c’est nouveau, me suis-je dit, je vais essayer. Le Prophète - que la paix soit avec Lui- nous dit d’enseigner la natation, le tir à l’arc et l’équitation à nos enfants. Donc c’est aussi une façon de vivre selon nos traditions. » Le tir à l’arc n’est pas encore un sport très développé aux Emirats comme le sont le football, le volleyball, l’équitation ou le tir, mais des équipes et des écoles voient le jour. Jusqu’à peu la seule équipe était au Sharjah Ladies Club (SLC) et le pays ne compte qu’une douzaine d’archers. Moza semble réunir toutes les qualités requises pour y exceller : concentration, calme et force. Et il en faut en effet pour tendre l’arc. « J’ai commencé au niveau 18, le plus faible, maintenant je suis à 38, le maximum, annonce-t-elle. Je suis le meilleur archer féminine des Emirats, » avoue-t-elle fièrement. Moza a participé pour la première fois à une compétition réunissant les pays d’Asie à Irkousk en Russie en 2012. « Nous sommes arrivés 9ème. Ma mère m’a accompagnée. Mes parents sont très fiers. Je veux devenir professionnelle et être connue à l’étranger, » explique la jeune collégienne dont la maman se réjouit de voir sa fille pratiquer un sport. « Ma mère ne pouvait pas faire de sport à son époque et elle est heureuse que je puisse. » Moza a un nouveau but : se préparer aux Jeux Olympiques de 2016. Gymnastique, poids, Moza s’entraîne trois fois par semaine en tous cas avec Amira Nada, sa coach qui fut la première championne arabe de tir à l’arc. Pour ce qui est de son avenir, Moza espère étudier l’architecture à l’université américaine de Sharjah et continuer à exercer sa passion. « J’espère que je pourrais continuer lorsque je me marierais parce que certains maris n’aiment pas que leurs femmes pratiquent un sport. Ils veulent qu’elles restent à la maison. »

DOSSIER SPORT: La course de fond du Sharjah Ladies Club à faire du sport féminin une évidence

« Cela nous met à l’aise de faire du sport entre femmes »

Voilées et en survêtement, Mariam et Hannah, n’en restent pas moins féminines. Elles sont respectivement spike number 2 et setter en première section de volleyball, sponsorisées par le SL. A respectivement 19 et 18 ans, cela fait cinq ans qu’elles pratiquent ce sport et ont décroché quelques médailles et victoires pour l’équipe nationale junior des Emirats Arabes Unis dont elles font partie: seconde place au tournoi réunissant les pays du Golfe en 2011 et première place au tournoi des pays arabes. Mariam a voulu marcher dans les traces de son père, commandant dans l’armée de l’air, qui jouait déjà au volley. Le club de Sharjah lui en a donné l’opportunité. « Ici, nous n’avons pas encore beaucoup de qualifications sportives et pas d’autres endroits où les exercer. Nous sommes musulmanes et cela nous met à l’aise de pouvoir faire du sport entre femmes.» Hannah, quant à elle, faisait partie des sportives de Waset Model School , son école à Sharjah. Natation, gymnastique, basketball, ping pong, elle s’y est essayée, avant de littéralement découvrir le volleyball. La jeune fille qui souhaite part ailleurs intégrer l’université de Sharjah en génie électrique, parle avec passion des maths, de la physique et… du volleyball. « J’aime ce sport parce qu’il s’agit plus de briller comme groupe, comme équipe que comme individu. Il faut vraiment faire confiance à ses partenaires, vous dépendez d’eux. Et il y a beaucoup de stratégie et de réflexion. Et ce club est comme une famille, » explique-t-elle. « Ma mère est ma plus grand fan ». Et son père ? « Il a peur que je voyage seule ou que je rentre tard. Et il n’apprécie pas que je sorte beaucoup, » avoue-t-elle. Dans la famille, une de ses quatre sœurs a pourtant pratiqué le basketball avant d’arrêter pour se consacrer à ses études de dentisterie. Quant à l’un de ses six frères, c’est un athlète : il pratique la boxe, le « cage fighting » porte les couleurs de Redbull. « Mais, à cause de nos traditions, c’est plus facile de pratiquer le sport pour les garçons. Ils peuvent aller où ils veulent quand ils veulent, jouer partout à tous moments. Ils n’ont pas besoin de porter un voile. Nous n’avons pas cette liberté. Et nous ne jouons pas aussi bien avec le voile. Bien sûr, nous suffoquons dessous, avoue-t-elle. Il faut chaud. » Entre elles, les sportives jouent en T-shirt et bandana. Mais lorsque les matchs sont retransmis à la télé, elles se couvrent en pantalon, body, T-shirt à manches longues et hijab. Les jeunes filles concèdent y être habituées et s’accordent à dire qu’elles ne remettent pas en cause le port du voile. « Ce qui ne nous semble pas compréhensible aujourd’hui, prendra son sens à l’avenir, comme porter le voile. Jeune, on ne comprend pas toujours ce qui est bon pour nous, » explique Mariam. Par contre, elles souhaiteraient un peu plus de liberté pour les déplacements à l’étranger. Mariam a déjà participé à des compétitions internationales au Koweit ou en Egypte car sa famille est ouverte d’esprit. « Mais pour certaines filles ce peut être un problème ». Quoi qu’il en soit, elles sont conscientes des progrès accomplis. Du temps de leurs mères, les femmes ne pouvaient pas sortir ainsi et un tel club n’existait pas. « Elles étaient mariées à 16 ans et leurs familles ne les auraient pas laissées pratiquer un sport comme c’est le cas pour notre génération. Les choses évoluent. Je me marierai après avoir terminé mes études universitaires et rien n’est planifié. Ma famille choisira des candidats mais je prendrai la décision finale,» explique Mariam. Joueront-elles aussi souvent et aussi intensément, elles ne peuvent le garantir mais le volleyball restera dans leur vie, en amateur ou en tous cas « pour rester en forme ». Pour le moment, Mariam est étudiante à la Zayed University de Dubai et pense à une carrière dans les relations internationales ou la politique. Et caresse un rêve lointain : « devenir pro de volley ». Inch Allah. Elle est motivée puisqu’elle s’entraîne 4 à 5 jours par semaine en temps normal et jusqu’à six jours en temps de compétition. « Nous avons aussi des campings d’entraînements où nous nous entraînons deux fois par jour et sommes soumises à des règles strictes : extinction des feux à 22h00, lever aux aurores, 12 heures en camp. » « Et ils nous enlèvent nos portables pour être sûr qu’on dorme ! » plaisante Hannah.

DOSSIER SPORT: La course de fond du Sharjah Ladies Club à faire du sport féminin une évidence

Yasmin, championne de tir à la carabine, un sport en plein essor chez les femmes

Yasmin Abdul Rahman est la championne attitrée de tir à la carabine à air comprimé des Emirats Arabes Unis. Du haut de ses seize ans, cette jeune adolescente affiche la détermination propre aux athlètes de sa catégorie. Et aujourd’hui, elle est déçue car elle n’est arrivée qu’en deuxième position de la compétition organisée en interne par le Sharjah’s Ladies’s Club dont elle est membre. « Ce n’est pas un sentiment agréable de finir deuxième, dit-elle. Mais on ne peut pas toujours être la première. C’est une petite compétition, minimise-t-elle, il vaut mieux être en tête lors des matchs importants ». C’est dit. Mais elle a beau dédramatiser cette petite défaite, son visage affiche une moue renfrognée. Elle qui virevoltait au milieu de ses comparses quelques minutes plus tôt, se laissant passer la main dans ses cheveux auburn coupés en brosse par ses camarades toutes voilées, leur lançant des boutades les faisant manifestement rire, semble accuser le coup. Car la jeune Emiratie a deux ambitions : pratiquer le tir en professionnelle et se qualifier pour les J.O. de 2016 au Brésil et devenir ingénieure en pétrole. On la sent qui bouillonne. Et pourtant, le tir demande concentration, discipline, force, équilibre et… patience. Elle reconnaît qu’elle a de la peine à se contenir. « Le tir m’aide, admet-elle, avant j’étais encore plus impatiente ». Serait-ce son côté russe hérité de sa mère, originaire d’Ijevsk, la capitale d’Oudmourtie à l’est de Moscou ? Cette mère grâce à qui, justement, elle a commencé à pratiquer le tir deux ans plus tôt. « Elle a lu dans un article qu’ils cherchaient des filles pour pratiquer le tir à Abu Dhabi et m’a demandé pourquoi je n’essayerais pas… On a trouvé ce club –il y en a deux aux Emirats, l’autre est Al Ain. Et voilà, » conclut-elle. Yasmin va droit au but comme lorsqu’elle tire. Ses réponses fusent, courtes et efficaces. Quant à son père, originaire de Dubai, « il ne s’est pas du tout opposé à mon choix. Il pense que chacun doit faire ce qui lui plaît ». Chez Yasmin, les deux cultures russes et émiraties, cohabitent ; les deux religions, orthodoxes et musulmanes coexistent sans poser de problème. Tout comme elle évolue sans voile. « Je n’en porte pas et n’en porterais pas». Dubai est la ville de Yasmin et elle est fière d’en représenter les couleurs. Elle est arrivée troisième aux jeux arabes en mars 2012 et première aux jeux du Golfe en novembre de la même année. Des résultats qui ont un prix. En plus de fréquenter l’école Amna bint Wahab de Dubai, elle n’hésite pas à faire 30 minutes de route pour venir s’exercer 4 heures tous les deux jours à Sharjah. Des filles championnes de tir au pistolet et à la carabine, un sport traditionnellement réservé aux hommes, ce n’est pas encore quelque chose de tout à fait naturel dans la région, même si l’administration les soutient. Aux Emirats, les femmes subissent le même entraînement que les hommes dans l’armée au sein du Khawla bint Al Azwar Training College, ou dans la police au sein du Dubai Police College. C’est l’un des plus grand progrès du pays vers l’égalité des sexes. Alors, Yasmin est ses compagnons d’armes contribuent tous les jours à inspirer de nouvelles candidates à ce sport.

DOSSIER SPORT: La course de fond du Sharjah Ladies Club à faire du sport féminin une évidence

Le Sharjah Ladies Club en deux mots

Créé en 1982 sur l’initiative de Sheikha Jawaher bint Mohammed Al Qassimi, présidente du Conseil suprême en charge des affaires familiales et des femmes, le Sharjah Ladies Club est l’organisation pionnière de « femmes pour les femmes » aux Emirats Arabes Unis (E.A.U). Celle qui est aussi l’épouse du souverain de l’émirat de Sharjah, Sheikh Sultan bin Mohammed Al Qassimi, avait alors pour ambition de créer un espace où les femmes pourraient exercer leurs passe-temps et autres activités comme le sport en toute liberté à l’abri du regard des hommes. Depuis sa création, nombre de clubs réservés aux femmes ont vu le jour aux E.A.U, les encourageant à pratiquer des sports et autres activités créatives. Intimité et sécurité sont les principes de base du Club qui s’emploie à soutenir et améliorer la condition des femmes dans la société. Le SLC collabore avec le Conseil suprême en charge des affaires familiales et des femmes ou le Conseil des femmes d’affaires de Sharjah notamment lors de la dernière campagne nationale de sensibilisation au cancer du sein « The Pink Caravan ».

Voir les commentaires

Publié depuis Overblog

Publié le par Kyradubai

Voir les commentaires

"We are the only photo gallery in the Middle East". Close up.

Publié le par Kyradubai

"We are the only photo gallery in the Middle East". Close up.

You will find her every day in her gallery, Empty Quarters, a second skin, or about in Gate Village which she has contributed to the buzz. Photography is not only her passion but Safa Al Hamed has a broader ambition: transmit her taste and knowledge of art to the young Arabs in the region. INTERVIEW.

How did you come up with the idea of Empty Quarters, a gallery dedicated to photography only ?

Princess Reem Al Faysal has a message to deliver. She gave me the inspiration and the love for photography. We are the only photography gallery in the U.A.E but also in the Middle East. Empty Quarters officially opened in March 2009 but Princess Reem and I had this plan for two years already. Princess Reem is the founder of the idea. We were the first to build a photo gallery in this market. There were none. If we had not started, nobody would have.

What would you say about the art market here ?

In Dubai the art industry is progressing very fast. In Europe it’s already at the pinacle but here it is developing. All the artists are coming in Dubai because they actually see the potential to create and develop.

What reactions did you get when you opened the gallery ?

A lot of people loved the place although they had some doubts about our focusing on photography because its a niche market . « Why only photography ? Is there any collector here for this market ? » would they ask. « You pay a very high rent… Put paintings, sculptures at least... » These were the reactions from local and non local visitors and artists. This location is the best (Empty Quarters is located in Gate village, in front of the French restaurant La Petite Maison) and artists came to us to expose but we had to tell them « no, we are doing photo only… »

As a matter of fact you are opening a traditional gallery ?

The Cube Art Gallery, will also be a unique project. We are three founders : Princess Reem Al Faysal, Lulu Al Hamood, who is also an artist, and myself. Together we have a spiritual message. We plan to launch Cube Art in March. We will try to make it one week before Art Dubai if the logistics around it allows us to.

What is the moto behind your exhibitions ?

We have a different style. In every exhibition, there is a story behind. We send a lot of messages. Every artist has his own message. It is like a museum at the same time.

You told me you believed in educating people here about art ?

Yes. Our goal is to educate people, show them how art is value. We do not only sell. If I may, I will make a comparison with food : some people will eat at La Petite Maison, others will go for Kentucky. Princess Reem was telling me that as a photographer she wants to educate Arab people on what is photography. It is a new market.

Do you get any sponsorship or hep from the government ?

We didn't had sponsoring but we are planning to involve this strategy this year to be more active. We are doing this for the next generation. After 50 years from now, we will be known as giving the best quality of photography, printing, story wise. I can see a light coming.

How is it to be a woman here in Dubai ?

Sheikh Mohammed always inspired women. He is helping them to start and want the women to be educated and strong. He is very supportive . Even our parents are helping us, letting us chose for oneselves.

How did your father react when you said you would start this gallery ?

My father laughed and made fun of me in the beginning. « If you want to have fun, go ahead, » he said. Everybody has a role in this life. We have a message to give. There are people to educate. There are three categories of people : the givers, the give and takers and the takers. I chose the first. Sorry to speak like that but we are not animals who eat and reproduce. We are more. Everybody wants to be happy and some people are happy when they give. We cannot be satisfied only by taking. Actually we people here are givers. That’s why the city was built like that. Here we think about others, we keep them in mind when we create. There are a lot of givers here. If you give, you will succeed. This is life : give, give, give and dont think about the return.

What do you like about photograpy ?

I like the story, the message, the spiritual part of it and the memories. It goes fast as well. It grasps things. A museum without photo, is not a museum. Pictures talk about the past. They are documentary. I like history. We have a very high printing quality. Our pictures will last hundreds of years. It is important for people to know that they will remain. Otherwise, they dont mean anything. We will open a printing studio in Al Quoz maybe inMarch as well.

What differences can you see since you opened five years ago ?

Between 2007 and 2013 I already witnessed a big difference on the art market in Dubai. In 2007, we were alone in Gate Village ! We had no idea that Gate Village would turn like that and become a quarter for galleries.

Is it more accepted among local families to chose art as a professionnal career ?

For most artists it used to be difficult. The older generation tells them « go find a life ! » It is more accepted to be an artist for the new generation with other job beside for living.

Are you the only one in the art business in the family ?

Yes. We are seven siblings. The other ones are lawyers, businessmen, in construction.

Name the photographers you like the most ?

Steve Mc Curry of course, but everybody likes him. Princess Reem’s work which is full of meaning and soul. Not only do I like the style but the meaning of it. It is black and white pictures. We discovered and exhibited Al-Moutasim Al Maskery, a photographer from Oman. He is still new but I can see his future. In five years from now, you will see. He is talented.

Do you have photographies at home ?

In my room I have a picture of Marti Becca and one of Gonoviva. And in our house, my father love portraits, actually. I realize that. He is collecting portraits of members of the family. You see, like me, he has the love for photography. I have to tell him that ! (she laughs). Twenty years ago, a famous english photographer took portraits of my parents and it is one of the best portrait of my father. He loves it.

Are you working on another project ?

We have a plan to open a School of photography. It will be a Center for Photography in DIFC, The gate village.

What dreams do you have for Dubai and the region ?

I am proud to be from Dubai. It is a progressing industry. In all fields. I can see it. The governement is trying its best to make the people happy an is working hard for that. The people here love their goverment and Sheikh Mohammed is like a father to us. You know, I have a picture of Sheikh Hamdan bin Mohammed Al Maktoum and Sheikh Mohammed on my bedside table like members of my family. You won’t see this in any other country. We feel the love for him. He is a giver. He is very generous. Sheikh Zayed and Sheikh Rashid taught how to love their people. In life, one should remember : if you say things from your heart, it will reach the heart. If you say things from your lips, it will only reach the ears.

How is it to work as a woman ?

In the beginning, I did a lot of mistakes. I was not practical. I was emotional. I gained experience and I am still learning. Decisions were far from easy because there was nothing there. You needed to have a vision but there was nothing to hold to. We had to do a lot of marketing for oneselves.

You live by your traditions ?

Tradition is important. This is the way we live. Today I took my breakfast on the floor. It is important to keep your personality. And this is what people are looking for. If you go to Japan, or China, what you want to see is tradition otherwise we have the same Starbucks everywhere !

What is your dream city ?

Sheikh Mohammed makes our dreams real. He is going ahead of our dreams. What more than that do you want ?

Have you lived abroad ?

No. I have just stayed several months abroad but not lived elsewhere.

Your favorite places in Dubai ?

I like the sea view next to Jumeirah Beach Hotel.

What do you do to recharge yourself ?

I go home, in my room. I sit with myself and meditate. I am a very spiritual p

Empty Quarters currently shows the work of famous French photographer Marc Riboud

Voir les commentaires

"Nous sommes la seule galerie photo du Moyen-Orient". Gros plan.

Publié le par Kyradubai

"Nous sommes la seule galerie photo du Moyen-Orient". Gros plan.

Vous la trouverez tous les jours dans sa galerie, Empty Quarters, sa seconde nature, ou aux alentours, dans Gate Village dont elle a contribué au buzz artistique. La photographie est non seulement sa passion mais Safa Al Hamed a une ambition plus large : transmettre son goût et ses connaissances de l’art aux jeunes Arabes de la région. Rencontre.

Comment avez-vous eu l’idée d’ouvrir Empty Quarters, une galerie entièrement dédiée à la photographie ?

Princess Reem Al Faysal (associée) a un message à faire passer. Elle m’a donné l’inspiration et l’amour de la photo. Nous sommes la seule galerie photo des Emirats arabes unis et du Moyen Orient. Empty Quarters a officellement ouvert ses portes en mars 2009 mais Princess Reem et moi avions cette idée en tête deux ans avant son ouverture. Princess Reem en est à l’origine. Nous sommes les premières à avoir lancé une galerie de ce type sur ce marché. Il n’y avait rien. Si nous ne nous étions pas jetées à l’eau, il n’y en aurait pas.

Parlez-nous du marché de l’art à Dubai ?

Le marché de l’art progresse très rapidement ici. En Europe, il est déjà à son pinacle mais ici il est en plein développement. Tous les artistes viennent à Dubai car ils sentent le potentiel créatif et de développement.

Quelles ont été les réactions à l’ouverture de la galerie ?

Beaucoup ont adoré l’endroit même si ils avaient des doutes sur le fait que nous nous concentrions sur la photo uniquement. C’est un marché de niche. « Pourquoi seulement la photo ? Y a-t-il des collectionneurs ici pour ce marché ? » s’interrogeaient-ils. « Vous payez un loyer très cher… Exposez des peintures, des sculptures au moins… » Voilà les réactions des visiteurs locaux ou non et des artistes. Cet endroit est le mieux situé (Empty Quarters se trouve dans Gate village, en face du restaurant français La Petite Maison) et les artistes venaient nous demander de les exposer. Nous devions leur dire « non, nous ne faisons que de la photo… »

Et d’ailleurs vous ouvrez une galerie traditionnelle ?

The Cube Art Gallery. C’est aussi un projet unique. Nous sommes trois associées : Princess Reem Al Faysal, Lulu Al Hamood qui est artiste aussi, et moi-même. Ensemble nous avons un message spirituel. Nous espérons ouvrir Cube Art en Mars. Nous essayerons de le faire une semaine avant Art Dubai si la logistique autour nous le permet.

Quelle est la démarche de vos expositions ?

Notre style est différent. Dans chaque exposition, il y a une histoire en coulisses. Nous envoyons beaucoup de messages. Chaque artiste a son propre message d’ailleurs. C’est aussi comme une sorte de musée en même temps.

Vous me disiez vouloir éduquer les gens de la région en ce qui concerne l’art ?

Oui, notre but est d’éduquer les gens, leur montrer la valeur de l’art. Nous ne sommes pas là pour vendre uniquement. Si vous me le permettez, je vais faire une comparaison avec la cuisine : certaines personnes vont diner La Petite Maison, d’autres prendront du Kentucky. Princess Reem me disait qu’en tant que photographe, elle voulait éduquer les Arabes à ce qu’est la photographie. C’est un marché émergent.

Recevez-vous des aides de sponsors privés ou du gouvernement ?

Nous n’en avons sollicité d’aides mais nous allons changer de stratégie cette année afin d’être plus actifs. Nous faisons tout cela pour les prochaines générations. Dans 50 ans, nous serons reconnus comme les meilleurs en terme de qualité, d’impression, de capacité à raconter des histoires. J’entrevois la lumière.

Comment est-ce de travailler comme femme locale à Dubai ?

Sheikh Mohammed a toujours inspiré les femmes. Il les aide à démarrer et les veut éduquées et fortes. C’est un grand soutien. Mais, vous savez, même nos parents nous aident, nous aident choisir pour nous-mêmes. Personnellement, au début, j’ai commis beaucoup d’erreurs. Je n’avais pas de sens pratique. J’étais émotionnelle. J’ai gagné en expérience et j’apprends encore. Les décisions étaient loin d’être faciles car il n’y avait rien ici. Il fallait une vision mais il n’y avait rien à quoi se raccrocher. Nous avons du faire beaucoup de marketing.

Comment votre père a-t-il réagi lorsque vous lui avez annoncé que vous alliez ouvrir une galerie d’art consacrée à la photo ?

Mon père a ri et s’est moqué de moi au début. « Si tu veux t’amuser, vas-y, » m’a-t-il dit. Chacun a un rôle dans cette vie. Nous avons un message à délivrer. Il y a des gens à éduquer. Il existe trois catégories de gens : ceux qui donnent, ceux qui donnent et prennent en échange, et ceux qui prennent. Je suis de la première catégorie. Je suis désolée de m’exprimer ainsi mais nous sommes plus que des animaux qui se contentent de se nourrir et de se reproduire. Nous aspirons à autre chose. Tout le monde cherche à être heureux et certaines personnes le sont quand elles donnent. On ne peut pas se satisfaire en prenant. En fait, ici les gens sont des donneurs. C’est pourquoi cette ville s’est construite comme ça. Ici, nous pensons aux autres, nous les gardons à l’esprit lorsque nous bâtissons. Il y a beaucoup de gens de la première catégorie ici. Si vous donnez, vous réussirez. C’est la vie : donnez, donnez, donnez et ne pensez pas au retour.

Qu’aimez-vous dans la photographie ?

J’aime l’histoire, le message, le côté spirituel qui s’en dégage et les souvenirs. C’est un medium rapide aussi. La photographie capture les choses, les moments. Un musée sans photos n’est pas un musée. Les photos nous parlent du passé. Elles sont documentaires. J’aime l’histoire. Notre qualité d’impression est très bonne et nos photos resteront en état des centaines d’années. C’est important que les gens sachent qu’elles leur survivront. Sinon, elles n’ont pas de sens. Nous allons ouvrir un studio d’impression à Al Quoz, peut être en mars également…

Que voyez-vous comme évolution depuis que vous avez ouvert il y a cinq ans ?

Entre 2007 et 2013, j’ai déjà été témoin d’une grande évolution du marché de l’art à Dubai. En 2007, nous étions seuls Gate Village ! Nous ne savions pas si Gate Village deviendrait ce quartier de galeries.

Es-ce plus acceptable aujourd’hui de faire carrière comme artiste lorsqu’on est émirati ?

Pour la plupart des artistes c’était difficile. La vieille génération leur disait « fais quelque chose de sérieux ! » C’est plus accepté d’être artiste pour la nouvelle génération. Avec un job à côté pour pouvoir vivre.

Êtes-vous la seule à avoir opté pour une carrière dans le monde fde l’art dans votre famille ?

Oui. Nous sommes sept frères et sœurs et les autres sont soit avocats, hommes d’affaires, ou dans la construction dans le groupe de mon père.

Quels sont vos photographes préférés ?

Steve Mc Curry bien sûr, mais tout le monde aime son travail. Le travail de Princess Reem qui est rempli de sens et d’âme. J’aime son style mais le sens qu’elle donne à son travail. Ce sont des photos en noir et blanc. Nous avons aussi découvert et exposé Al-Moutasim Al Maskery, un photographe d’Oman. Il est encore peu connu mais je vois son avenir. Dans cinq ans, vous verrez. Il a du talent.

Avez-vous des photographies au mur chez vous ?

Dans ma chambre, j’ai une photo de Marti Becca et une de Gonoviva. Et dans la maison… Mon père adore les portraits, en fait. Je réalise ça en vous parlant. Il collectionne des portraits de famille. Vous voyez, comme moi, il aime la photographie. Je dois le lui dire ! (elle rit) Il y a 20 ans, un photographe anglais connu a fait des portraits de mes parents et c’est sans doute l’un des meilleurs de mon père. Il l’adore.

Travaillez-vous à d’autres projets ?

Nous planifions d’ouvrir une école de photographie. Ce sera un centre dédié à la photo dans DIFC, The gate village.

Avez-vous des rêves pour Dubai et la région ?

Je suis fière d’être originaire d’ici. C’est une industrie en progrès. Dans tous les domaines. Je le vois. Le gouvernement fait de son mieux pour nous rendre heureux et travaille dur pour cela. Les gens d’ici aiment leur gouvernement et Sheikh Mohammed est comme un père pour nous. Vous savez sur ma table de nuit j’ai une photo de Sheikh Hamdan bin Mohammed Al Maktoum et de Sheikh Mohammed comme des membres de ma famille. Vous ne trouverez cela nulle part ailleurs dans le monde. Nous l’aimons. C’est un donneur. Il est très généreux. Sheikh Zayed et Sheikh Rashid ont enseigné à aimer le peuple. Dans la vie, souvenez-vous de cela : si vous dites les choses avec le cœur, elles atteindront le cœur ; si vous dites les choses avec la bouche, elles atteindront l’oreille.

Vivez-vous de façon traditionnelle ?

Les traditions sont importantes. Nous vivons ainsi. Ce matin, j’ai pris mon petit déjeuner, assise par terre. C’est important de garder sa personnalité. Et c’est ce que les gens cherchent. Si vous allez au Japon ou en Chine, ce qui vous intéresse c’est de découvrir leur traditions sinon on trouve des Starbucks partout.

Quelle est la ville de vos rêves ?

Sheikh Mohammed transforme nos rêves en réalité. Il va au delà de nos rêves. Que peut-on vouloir de plus ?

Avez-vous vécu à l’étranger ?

Non. J’ai passé quelques mois à l’étranger mais je n’ai jamais vécu ailleurs.

Votre endroit préféré ici ?

J’aime la vue sur la mer depuis le Jumeirah Beach Hotel.

Comment vous ressourcez-vous ?

Je rentre chez moi, dans ma chambre. Je me retrouve et je médite. Je suis très spirituelle. Si je suis triste, par exemple, Je regarde vers le haut, et je suis convaincue qu’Il va me sauver.

La galerie expose actuellement le travail de Marc Riboud

Voir les commentaires

"The Bright Side of The Bones", l'oeuvre mortelle de Maisoon Al Saleh

Publié le par Kyradubai

"The Bright Side of The Bones", l'oeuvre mortelle de Maisoon Al Saleh

Maisoon Al Saleh descend de la Burj Khalifa dans laquelle elle travaille sur un projet collectif et traverse le Dubai Mall à pied pour rejoindre le café dans lequel nous avons rendez-vous car son atelier est en travaux. Cette jeune artiste aurait presque le don d’ubiquité tant elle exerce d’activités. Fonctionnaire le matin, artiste l’après midi, plongeon dans l’emploi du temps d’une jeune Emiratie inspirée. INTERVIEW.

Où avez-vous étudié ?

Aux Emirats. Je suis diplômée de l’école privée Al Ittihad. J’ai fait les Beaux Arts. J’ai ensuite été à l’Université Zayed où j’ai fait une spécialisation en design d’intérieur.

Vous avez vécu à l’étranger ?

Lorsque j’étais enfant mon père a fait un master aux Etats-Unis. J’ai donc été élevée là bas et ma première langue était l’anglais. Mais je suis émiratie. Je suis née ici mais éduquée aux Etats-Unis. Nous vivions entre le Michigan et Washington DC. Lorsque mon père a terminée ses études nous sommes revenus ici et j’étais encore petite fille.

Vous avez toujours voulu être artiste ?

L’art est très présent dans ma famille. Ma mère m’a raconté qu’enfant déjà, j’étais très attirée par l’art. J’aimais mes crayons de couleurs et quand on essayait de me les enlever, je pleurais. Je devais les emmener partout avec moi ainsi que mon carnet de croquis et ce, depuis petite. Vous savez mon père exerce une profession artistique, ma mère est dans la mode, ma tante est artiste…

Vous venez d’une famille où l’art est donc accepté et valorisé en tant que profession ?

Oui, j’ai été éduqué avec les arts.

Pourriez-vous vous définir ? Votre caractère, votre travail…

(ndlr : Maisoon met du temps à répondre à la question. Elle n’en comprend pas le sens.) J’ai un grand sens de l’humour et il y a de l’ironie dans mon travail. Les squelettes posent et sourient aux gens qui les regardent. Ils ont ce sens de l’humour qui transparait dans leur attitude.

Comment se fait-il qu’une jeune personne comme vous (ndlr : Maisoon a 25 ans) soit si fascinée par la mort ? La mort est prédominante dans votre oeuvre…

Je voulais montrer un autre aspect de la mort car généralement les gens ne voient que le côté négatif. Je voulais l’aborder d’une façon plus positive. Je montre des scènes de la vie en société, soit en imitant des célébrités, soit en montrant comment la mort les affecterait. Des gens m’ont soit raconté comment certains avaient été touchés par la mort ou j’ai lu des choses dans les journaux… Je voulais que cela se reflète dans mes oeuvres pour que les gens y repensent en les voyant.

Parlez-vous librement de la mort dans votre culture ? Ou est-ce tabou comme cela peut l’être aux Etats-Unis ?

Nous en parlons librement.

Dubai est une ville très tournée vers la vie, la jouissance de la vie, la consommation. La mort n’est pas tellement quelque chose de visible ici ?

Cela nous arrive à tous alors pourquoi ne pas affronter cette réalité ? Au bout du compte, tout le monde meurt.

Vos œuvres symbolisent-elles la mort d'une partie de vos traditions en raison de toute cette modernité et des influences extérieures ?

Je ne fais pas ce lien entre ma culture et mon travail.

Vous êtes juste fascinée par la mort en soi ?

Oui. Et le sens de l’humour pour en apaiser le concept. Quand les gens regardent mes œuvres, que d’autres cultures les reçoivent, ils font un pas en arrière. Mais dès qu’ils perçoivent l’humour, vous les voyez pénétrer dedans et rire et poser des questions, essayer d’en savoir plus et la curiosité vient. D’après ce qui m’est rapporté, les gens interprètent mon travail de façon trop dramatique. J’ai fait cela d’un angle totalement différent. Même si ça reste sérieux.

Pourriez-vous décrire vos différentes séries ?

J’en ai deux. « The bright side of the bones » avec les squelettes, qui est terminée. L’autre s’appelle « Dara series ». Je suis la première émiratie à avoir obtenu sa licence de plongée. Je plonge en haute mer à la découverte d’épaves et je peins sous l’eau. Mon travail sera exposé lors d’un Solo show le 12 mars à la ARA Gallery, Downtown Dubai.

Comment vous est venue cette idée ?

Je savais qu’il y avait des épaves et un avion coulé quelque part dans la région alors j’ai passé ma licence de plongée pour aller voir cela de plus près et peindre sous l’eau. C’est un mélange car ce travail est emprunt de sérénité et en même temps je suis face à quelque chose de très concret en face de moi. Mon imagination prend le dessus sur ce qui se joue juste devant moi.

C’est aussi un héritage de votre culture : les pêcheurs de perles. Combien d’entre eux sont morts en plongeant pour aller récupérer ce qui était l’un des principaux revenus à l’époque ?

Oui cela en fait partie. D’ailleurs en plongeant, il m’est arrivé un ou deux incidents. Un peu comparable aux pêcheurs de perle. Dans mon cas, c’était plus un manque d’oxygène. Au même moment mon masque s’est rempli d’eau et je suffoquais. J’ai mis un moment avant de récupérer mon calme. J’ai vraiment cru que j’y restais car j’étais à 18 mètres de profondeur. C’est arrivé soudainement alors que je descendais. Je me suis propulsée vers le haut pour respirer mais mon binôme m’a attrapée afin que je ne monte pas trop vite pour éviter des problèmes de dépressurisation. J’ai eu de la chance. Non, vraiment.

Vous avez vraiment ressenti ce que les pêcheurs de perle vivaient ?

Oui j’ai ressenti leur lutte.

Vous documentez votre travail ?

Je me suis concentrée sur les 40 personnes qui sont mortes sur le Dara, l’épave du bateau, les choses qui étaient devant mes yeux. Raconter leur histoire à travers mon travail.

Quelle est l’histoire du Dara ?

On l’appelle le Titanic de Khalij. Le moteur a explosé et les passagers ont essayé de s’échapper. Ce qui est drôle c’est que mon grand père et mon oncle étaient sur ce bateau mais que je ne le savais pas. J’ai parlé à mon grand père de ce projet et il s’est exclamé « J’étais sur ce bateau » et je ne pouvais y croire. Donc j’ai eu la version live grâce à lui. Et il y avait des contradictions entre sa version et ce que j’ai lu sur internet. Tout n’est pas vrai sur internet.

Quelles leçons en avez-vous tirées ?

Le bateau transportait de l’argent. Il venait d’Inde et cheminait vers les pays du Golfe. C’est un bateau qui a été construit entre l’Inde et le Royaume Uni. Il a coulé entre Dubai et Abu Dhabi.

Combien de fois avez-vous plongé pour le dessiner ?

Je plonge 45 minutes puis je dois remonter et me reposer donc je ne peux pas finir ce projet en une fois. J’y suis allée beaucoup de fois, je ne sais même plus combien. Je suis toujours en phase de création et mon agent sélectionnera ce que l’on montrera à l’expo.

En quoi votre culture imprègne votre oeuvre ?

La plupart de mes œuvres sont liées à la culture des Emirats, notre héritage. Vous avez remarqué que nous portons le voile et l’habaya et dans mon œuvre vous voyez des éléments de cette culture. Ils sont intégrés dans mon œuvre.

Vous portez toujours l’habaya en public ?

Lorsque je voyage je ne porte qu’un voile et quand je travaille au studio je suis soit en habaya soit en manteau arabe avec le voile.

Et sous l’eau comment faites-vous ?

J’ai une partenaire de plongée femme et on ne voit jamais la partie supérieure de mon corps. J’ai des vidéos de moi travaillant où l’on voit mes cheveux et mon visage mais lorsque je les poste sur YouTube ou sur des sites publics je les coupe.

Pourquoi est-ce important pour vous de vous voiler ?

Pour des raisons religieuses. Je suis croyante.

Diriez-vous que vous venez d’une famille traditionnelle ?

Oui. Ma famille vient de Ras al Keima, un endroit qui s’appelle Al Rams. Avant l’Union, ma famille a déménagé à Dubai. Mon arrière grand père était le chef d’une partie d‘Al Rams. Nous avons un château là bas. Nous étions une tribu, Al Tunaiji.

Avez-vous l’impression de faire partie d’une jeune génération d’artistes ici ?

Nous ne nous fréquentons pas et nous travaillons de façon indépendante.

Vous avez des amis artistes ?

Oui mais on se voit à des évènements ou sur Facebook et Twitter.

Avez-vous une résidence d’artiste ?

Non et je n’aime pas être attachée à un endroit. J’ai mon atelier. J’aime ma liberté. Même avec les galeries avec lesquelles je travaille, je ne signe pas de contrat. Je suis comme ça.

Quel artiste est-il un modèle pour vous ? Qui admirez-vous ?

Damien Hirst. Il existe des similitudes entre mon travail et le sien. Quand je lis des choses sur lui, je n’arrête pas de me souvenir de choses que j’ai faites dans mon enfance. C’est plus une attitude.

Sentez-vous une différence du fait d’être une femme en tant qu’artiste ?

J’ai autant de liberté qu’un homme. Je ne ressens aucune différence.

Quel est votre rêve ?

Avancer dans ma carrière. Je ne me suis jamais installée sur ce que j’ai accompli. Je veux toujours en faire plus.

Vous avez été beaucoup exposée à l’étranger ?

Aux Etats-Unis, en Espagne, en Grèce, en Italie et je viens juste d’avoir un solo show à Singapour.

Vivez-vous de votre art ?

Oui mais je travaille en même temps au département de la communication du ministère de l’Economie.

Que faites-vous à la Burj Khalifa ?

Nous travaillons sur un projet qui s’appelle « Work at the top». Nous sommes une poignée d’artistes à travailler sur ces sculptures de la Burj Khalifa qui sont mises à notre disposition. Le vernissage aura lieu le 12 janvier je ne sais pas encore où.

Où trouvez-vous vos idées ?

Je les trouve dans mon entourage et j’en ai sans cesse ! En fait, je n’ai pas le temps de tout réaliser !

Pour plus d’infos :

Le site de Maisoon Al Saleh

http://www.punkarabia.com/

Dara project

http://www.punkarabia.com/news.html

Avec Sheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum, Premier Ministre et ruler de Dubai et Vice Président des Emirats Arabes, à Sikka Art Fair Dubai

http://www.punkarabia.com/exhibitions/gallery.html

"The Bright Side of The Bones", l'oeuvre mortelle de Maisoon Al Saleh
"The Bright Side of The Bones", l'oeuvre mortelle de Maisoon Al Saleh
"The Bright Side of The Bones", l'oeuvre mortelle de Maisoon Al Saleh
"The Bright Side of The Bones", l'oeuvre mortelle de Maisoon Al Saleh

Voir les commentaires

A lire sur Dubaimadame!

Publié le par Kyradubai

Voir les commentaires

Les oeuvres d'Ebtisam Abulaziz

Publié le par Kyradubai

Diary 1, Ebtisam Abdulaziz

Diary 1, Ebtisam Abdulaziz

Diary 2, Ebtisam Abdulaziz

Diary 2, Ebtisam Abdulaziz

Diary 6, Ebtisam Abdulaziz

Diary 6, Ebtisam Abdulaziz

Diary 24, Ebtisam Ebtisam Abdulaziz

Diary 24, Ebtisam Ebtisam Abdulaziz

Sharjah-Abu Dhabi, Detail, Ebtisam Abdulaziz

Sharjah-Abu Dhabi, Detail, Ebtisam Abdulaziz

Voir les commentaires

Les oeuvres de Lamya Gargash

Publié le par Kyradubai

Presence, Massage Chair

Presence, Massage Chair

Presence, Meelas Yadee

Presence, Meelas Yadee

Presence, Portrait Majlis

Presence, Portrait Majlis

Presence, Red Television

Presence, Red Television

Presence, The Orange Room

Presence, The Orange Room

Presence, Window Light

Presence, Window Light

Familial series, Blue Diamond Hotel

Familial series, Blue Diamond Hotel

Familial series, Blue Sea Lobby

Familial series, Blue Sea Lobby

Familial series, City Hotel

Familial series, City Hotel

Familial series, Red Sand Hotel Lobby

Familial series, Red Sand Hotel Lobby

Familial series, Royal Garden Hotel

Familial series, Royal Garden Hotel

Amer, Diptych

Amer, Diptych

Dalal, Diptych

Dalal, Diptych

Jimmy, Diptych

Jimmy, Diptych

Lamya, Diptych

Lamya, Diptych

Lindsay, Diptych

Lindsay, Diptych

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 > >>