Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

« Sudden wealth has eroded some of our values »

Publié le par Kyradubai

« Sudden wealth has eroded some of our values »

Sensitive to the lack of books for young Arabic people in their motehr tongue, Noura Al Noman published her first science-fiction novel in Arabic becoming a pionneer in her field. But she is also the Chief Executive of the Executive office of Sheikha Jawaher Al Qasimi, the wife of the Ruler of Sharjah. She talks about their involvement in family and social issues. INTERVIEW.

Describe your role as Director General of Sheikha Jawaher Al Qasimi’s Executive Office and her « Live and let live » philosophy?

I assist Her Highness in her role as Chairperson for the Supreme Council for Family Affairs in all the projects she initiates and runs according to her vision. I started in 2002 and my role has grown with the projects. In 1982, Her Highness noticed that the ladies needed a safe place with privacy to do the things they are interested in. She started the Sharjah Ladies’ Club which used to be called Al Muntazah Center. From the Club, a lot of her organizations were born. They are involved in children, youth, women, social and cultural issues and philantropy. The Supreme Council, born from the Club, has become the umbrella organization for all these actions. The Government of Sharjah and His Highness, our Ruler, Sheikh Sultan Al Qasimi, finance them. Whatever Her Highness is interested in, grows into an initiative and into centers and organisations.

In other words her dreams become real. Can you describe some of her involvements with the youth, as she is very concerned with education ?

She has developped programms for children : after school extra curriculum activities in art, science, and lately, robotics. And after twelve, the kids can then join youth centers for boys and girls. One of the initiative Her Highness is most proud of is the Children’s Parliament. It has existed for twelve years now. The children hold elections and the winners become members of Parliament. Every year they work on a theme. They ask to speak to people in power and invite them to answer their questions about issues that impact their lives, like in a real Parliament. Last year, nutrition in schools was on their agenda and they called the Ministers of Education and Health to debate the matter. At the end, they came up with recommendations. It is a very good experience for children in the process of democracy. They realize the changes and what is happening around them. When they grow up, they can join youth centers which also has a parliement. I met a young man, a graduate from the Children Center of Sharjah, who ended up launching the « Flag Over Every House » initiative during National Day. This is an example of who they become. He was very proud of it.

Supporting the family unit is one of Sheikha Jawaher’s main concern. What are the issues regarding family affairs and the new challenges brought by modern society ?

Her Highness is the Head of the Family Development Center. They offer family councelling but they also raise awareness when it comes to family issues. Every year around 3000 people come to them and ask for help whether it is psychological or advice. A lot of them are concerned about divorces and drug abuses (mostly men). We have a very high rate of divorce in the UAE (read appendix). It has to do with the fact that unfortunately couples do not understand the responsibilties of marriage. So the Center provides workshops for people who are about to get married or just got married. They discuss what it means to get married in terms of responsibility and partnership : how to treat each other. Here people marry young and the parents haven’t really prepared them for married life.

Sheikha Jawaher says she observes daily the effects of modern world on her people. What is her concern ?

As a country we are only 41 years old and 40 years ago it was so different. What countries have experienced in hundred years, we did in only 20. So there is a huge gap between the old and the new generation and this has caused a lot of problems. People are concerned with materials things, brands and fame, more than teaching their children the values of the UAE.

What were the core values of the UAE which you are trying to bring to life ?

The family used to be the center of everything. There is also philantropy, civil service, serving the community and concerns for others. Because of our climate, the seasons in the UAE, men would travel abroad to provide for their families, or go for months at sea pearl diving. The rest of the family had to take care of each other. But with oil, sudden wealth, unfortunately it has eroded some of our values.

How was Sharjah in the old days, when you were a little girl ?

My two houses –meaning the family of my mother and my father- are from Sharjah. We used to live here. Sharjah was set on a stretch of sand in this area where all the houses were built. People only moved a bit further inland during the summer for freshness.

The UAE were poor and Koweit used to build our schools. They sent teachers, mosty Palestinians and Egyptians, and books, and even breakfasts ! We appreciate what Koweit has done for us. All this has changed. Our kids no longer appreciate how deprived their parents were and how lucky they are. That’s also a reason why there are so many divorces.

What are Sheikha Jawaher’s values ? She seems to be a very human oriented person.

Her values go towards humanity and human dignity. The core values of our office is respect in human dignity. She is that way because of her upbringing. Yes, she is Sheikha and wife of the Ruler, but before oil and the creation of the Union, she remembers how we were all raised, believeing in our duties towards others. She is also well read and constantly watching the news, concerned with what happens to others around the world. We just came back from Geneva where she was briefed by UNHCR on a neonatal clinic she helped finance in Somalia. And she is also bilingual which broadens horizons. Tradition is not only clothing or symbols of tradition, but what our people stood for and this is not promoted enough even in our education system.

Does that reflects on her humanitarian and social choices ?

Her Highnesses organizations include the Sharjah City for Humanitarian Services. It is more than 33 years old. It is a Center for disabled with an early intervention center, an autism center and its own special sports club. The pink Caravan is also her initiative (campaign for breast cancer awareness).

Tradition has nothing to do with conservatism. What would you call conservatism ?

I will give you two examples. The first one in sports. People love to see men in sports but they think that girls should not be doing it. The SLC has ten branches all over Sharjah all serving the purposes of their area. But most importantly they have sports teams. Her Highness met a young girl in one of these centers wearing sports clothes. She asked her if she was playing in a team. She said her parents wouldn’t let her. Her Highness urged them to for years… This does not happen anymore. The second one is cancer. Eleven years ago people wouldn’t even pronounce the word. They said « that disease », out of fear of catching it but mainly out of ignorance. Because of her Highness campaign « The Friends of Cancer Patients » launched in 1999, it has become a common thing to talk about it, to do self examination and go for check ups.

Which fields are still difficult to adress ?

The way priorities have changed. Everything is about brands, shopping mall mentality, 15 minutes of fame. But it does not mean we will not change it. Like the Girls Guide. It’s a good alternative to the « go out spending money » mentallity. We can reverse it by providing these kinds of programms, raising awareness about others on other places.

Tell us about the Girl’s Guide ?

Her Highness just launched the new identity of the Girls Guide (scouting organization of the UAE). She is the President. She used to be a Girls Guide as a child and she says how she understood her duty to her country and people through that movement. That’s why she does what she does. And that’s why she is kean to develop the Girls Guide. Because that’s what will bring back the core values of the UAE to the kids. When we do it in fun and exciting way, it will last forever and be part of your personality. She called all the ladies to volunteer like she will. She is very close to Princess Benedicta from Denmark who is the Patron of the Baden Powell Society who came twice to visit the Girls Guide here. They share the same passion. Her Highness is also urging the wives of each Rulers of the other Emirates to open a chapter of Girl Guides. We miss only Dubai and Ajman but we are working on that. She also named two ambassadors to be an inspiration for the girls. She chose Susan Al Houbi, a Palestinian raised in Sharjah, who climbed Mount Everest and Sheikha Ahmed Al Qasimi, a niece of the Ruler, empowering young ladies and a columnist, to be their mentors. Let me give you an example of how Her Highness is. Going back to her car after the event, she saw all the trash the children had left behind them. She said that’s not what Girls Guide is about. She went back to teach them to leave their environment clean.

It must be a real challenge for women here to be torn between tradition and extreme modernity ?

Modern society brings a lots of positive things. Women now know the potential they have. So many organizations have helped them realize it. But they have lost contact with their kids. They may be too busy with their jobs. Their husbands are not always helping. Lots dont get their support. Their children and family are no longer a priority. It is one of the negative side effect of modern society. And Arabic… the youth is not even interested in its own language. And we are talking about more than 50% of the population. They look for the easiest, english or what we call arabisi (arab english slang). Everybody blames the youth but we are the ones responsible. They are the victims. We should provide them with interesting Arabic content.

Actually you just published the first science fiction novel in Arabic here ?

Sheikha Bodour, the eldest daughter of Her Highness, published two of my books for children, one about a cat and the other about a hedgedog. She actually encouraged me to write. I wrote about the contrast between a pet animal which you are responsible for and a wild one that you have to help but release it to the wild. I started to write because I realized that there were no Arabic books to read for children and young adults. Because my teenage daughter will never read Arabic litterature. It’s too complicated for them, they can’t relate. This is the same for a lot of young kids and as a result they turn to english books and loose their skills in Arabic. I myself looked for Arabic novels but I could not find any. I am interested in science fiction and fantasy. So I wrote and published my first novel last November. It is called « Ajwan ». It is the story of a girl whose planet is destroyed and she becomes a refugee. It deals about the disfranchised, the injustly treated and the unscrupulous who use these people to their benefits turning them into terrorists or thiefs. Some young people wrote to me to tell me it was the first novel they read in Arabic.

What advice would you give to women ?

Get your priorities straight, focus on what really matters and then you will probably do things in a different way and it will affect people around you. If children are your priority, you will have a better future. Maybe I am too idealistic.

Divorce and marriage in Dubai : statistics

2012

4200 marriages

1100 divorces

7% less marriages between Emiratis

1% more between an Emirati and a foreigne

Divorce raised by 10% between 2009 and 2010 ; by 13% more between 2010 and 2011

Source : Dubai Statistics Center

Some of the reasons for divorce according to experts

Rapid social change

High cost of marraige and dowry

Married too quickly ; spouse not knowing each other enough

Exposition to other cultures

Rising independance of women

Loss of authority from men

Disparity in education levels between men and women

Disparity in age between spouse

Refusal to provide a separate home in case of polygamy

Family interfeering

Difficulty to communicate

Violence

Jalousy

Infidelity

Manque d’intimité

Alcool and drug abuse

Voir les commentaires

Abaya’s hijack : Abeer Al Suwaidi’s punk rock style

Publié le par Kyradubai

Abaya’s hijack : Abeer Al Suwaidi’s punk rock style

Abeer al Suwaidi opened her showroom, USH, in 2009. In Arabic, USH has the same sound as « nest ». And the young fashion designer also realized it meant hope or blessing in other languages. Therefore a very appropriate name for her shop, home to other designers’ lines as well. INTERVIEW with an excentric artist with a big heart and a crazy style.

You are diverting, twisting and playing around the abaya. Tell us more about your style and statement ?

I wanted to take the abaya on an experiment, to expose it to different influences. A bit edgy. It was worrying because it is one of the most precious thing in our culture. I wanted to give a twist to the classical abaya and express what I thought what should be the abaya. I did not know that others would even be interested. When I started using a lot of leather, belts, corset beautifying the body, I did not know how they would react. I used the room in the back almost as a lab and experimented. And we started to get people.

And the reactions were good ?

Exactly. So I was expressing myself Abeer.

And among men ?

We had a few angry husbands (she laughs). I actually had a girl who bought what I called the « skinny abaya ». Like the skinny jeans… And I wanted something I could call skinny at least (she burst into laughter). That’s what set the brand as what it is today. It is tight at the bottom. She was wearing it and walking inside the boutique saying « I want another one ». I was laughing saying « But you are wearing one ! ». « Yes, she said, but my husband is outside and he said no. So I am buying another one ». For her it was a statement but her husband was angry perambulating outside the boutique (ndlr : men are not allowed in the boutique). So we had a few of these funny situations. You get to know the customers more privately. It is not only a girl in the boutique. Their story is always behind the abaya. The people who wear my brand definitely want to walk making a statement.

How would you define this statement ?

Powerful, strong, courageous. The woman has something to say. Even if you are quiet, you are not verbally saying something, you do by wearing my abaya.

Do see them around sometimes ?

Yes. Here it is ! We like to spot them in public.

Because they are definitely recognizible ?

That’s the idea.

How did you came uo with the idea of changing the spirit of the classical abaya into this funky style ?

In fact all I did was take the old traditional abaya to reach the rest of the world. So anybody can get into it. It was difficult because there is a thine line. How do I make sure to change it from a classical piece to a modern contemporary piece. Actually all I did was going back to the classical heritage cuts and I manage to convertit into a line that the young can undertsand.

It is also a mirror of what is going on in Dubai ? A very traditional conservative culture and at the same time an international influence with different fashion style and materials coming from abroad ?

Yes definitely. We are evolving with what’s happening with our culture in Dubai.

Is it going smoothly ?

In the fashion industry ? (she laughs) It is going smoothly but that is why USH is here. If you find me « too much » or too expressive, too excentric or visible, you are definitely able get other pieces in the boutique which are still modern and contemporary but classical.

You do not want to hurt people ?

Exactly.

You do not want to go too fast but just offering a different option ?

Yes you’re supposed to be very comfortable wearing my pieces.

What materials are you using ?

My last collection is a lot of velvet. I work a lot with delicate handmade embroidery, antique embroidery with modern fabrics. I am using cotton. Non Emiratis were very interested in buying cotton abaya because it is closer to ready to wear. We use cotton a lot. The main fabrics used for abaya is saoudi crepe.

How do you feel as you wear this material ?

It’s nice. It depends on the quality. They are different types of crepe. It is soft and light. But we did jump to other fabrics like satin, cotton and lace and even sweater in winter.

And there are some very « rock and roll » materials, even punk ?

Yes. We have pikes, metal. That is the Abeer that’s inside ! That’s me, that’s truely something I wanted to express in the abaya. You still have these characters even wearing abayas. Rock girls, with strong personalities. My second fashion show, I did a Bob Marley collection which was very different because it was reggae. Evertytime I do a collection or a fashion show it is an extension of me.

And how did your family react ?

My parents are actually very supportive. Both of them are artists. They did oil painting when I was young so they understood what I was doing. But maybe a few uncles here and there… (she laughs), that I get a lecture from.

What do they tell you ?

Be careful. This is abaya. It is central in our culture and religion. Do not go too far, respect.

Would you consider not wearing an abaya ?

No. I love my abaya. As Emirati this is my identity. I love it.

You would feel awkward without it ?

Yes because it is telling everybody who I am, where I am from. We are lucky to have it because nobody can be mistaken. They will know that this is an Emirati woman walking. It is very rare around the world to spot someone and know who they are. For me abaya is pride. Wearing it tells everybody who I am.

Tell me about your background ?

I went to university in Abu Dhabi. I studied communication but then I joined the fashion industry. I always wanted to do fashion and I was always different in my fashion. I remember my 6 grade graduation. I was the only one who walked in with the hugest dress, so huge, like for a ball. Who does that ? How did my mom let me out ? Express myself like thits out of the family ? I actually came out in this biggest dress and I was walking on stage and I remember winning the award of the best dress. But I dont think the others thought it was cool at the time.

How do your peers, friends and family describe you ?

Excentric, a bit different, creative.

Which fashion designers do you look up to ?

Alexander Mc Queen, Vivien Westwood, and a lot of Japanese designers.

You lived abroad ?

I lived in Singapour for a year.

What do you wear under your abaya today ?

A black leggings with a black tank top and my pink fluorescent heels.

Who is your clientele ?

All ages. Young girls and up to 50 years old. Emiratis but also women from Qatar, Oman and even Yemen who don’t wear abaya.

What is your latest project ?

We just opened a boutique in House of Frazer in Abu Dhabi.

What difference in style do you see between Western and Middle Eastern women ?

Suffer for fashion ? I think we are more into it. I noticed the European market wants something lighter, comfortable. We are ready to suffer. The spikes the belt, the high high heels, and the make up. In fashion, we take it seriously ! And there is the total look from top to bottom. The purse goes with the shoes. They love it. Now I am starting a ready to wear line. We went to Ireland for a show and they liked the abayas so much. I was amazed they wanted it but of course naturally to them its too long, not practical. But they liked the style, the color black, and so I tried to come up with ready to wear pieces for Western clients.

What are you favorite shopping places in Dubai ?

If Boutique. A true boutique that’s offering something different.

Where do you hang out ?

I have no time to hang out but in winter i go to the desert. Close to the roads you will see all the Emiratis with their tents and teapots. We hang out until midnight all the generations and on another ill our friends. With the motorbikes, the quads…

A day in the life of Abeer

I wake up at around 7h30 with my kids. I am a mother of three. We sit together and talk. I lecture them to be nice and not hurt others… After they leave for school, I sketch and research. I have inspiration in the morning. I work with my husband. We work a lot which is good news, hamdulilla ! I have a one year old baby so we hang out and at 2h30 I go pick up my kids. I pass by the boutiques, see the production. In the evening I am back to my kids, put them in bed and by 8 or 9 I finally take a coffee and meet other designers. I do not have much of a « me » time these days or a social life. If anyone wants to take me out for coffee ? I hang out at Shakespeare at the village Mall. My personal and work life are very much intertwined.

Abaya’s hijack : Abeer Al Suwaidi’s punk rock style
Abaya’s hijack : Abeer Al Suwaidi’s punk rock style
Abaya’s hijack : Abeer Al Suwaidi’s punk rock style
Abaya’s hijack : Abeer Al Suwaidi’s punk rock style

Voir les commentaires

« I am the first woman surgeon in the UAE but not the first who tried »

Publié le par Kyradubai

« I am the first woman surgeon in the UAE but not the first who tried »

A UAE national, Dr Houriya Kazim is the country's first female surgeon. She says how she managed to climb the medical ladder and what challenges lie ahead of women here. Basically they have it all in their hands. INTERVIEW.

How does one become a traditional country’s first female surgeon? What is the secret recipe in your background ?

We are from Dubai but we traveled a lot during childhood with my father who is also a surgeon. When I was born he was doing his training in the UK, so I spent my first few years there. He worked in the Caribbean for a bit, in Canada and then came back here in the 70’s. So I spent my childhood abroad. In terms of medecine, I come from a family of doctors so it was no surprise that I went in medicine. My grand father was a « hakim », a faith healer. He never went to school or anything but the village would call on him when someone was sick and then the majority of his kids –I think he had about 25 children with all the wives- became doctors, even the girls. In those days we did not have schools, left alone universities or medical schools. So they were all educated in British Catholic schools in India and then went on to medical school there.

Catholic ?

Yes, yes –she laughs- there are lots of stories ! It took me a while to realize it ! The family is so big and we are all educated so I tought it was like that for everybody. Then I kind of thought « Well my dad’s cousins are not really like that ! » My dad is in his 80’s and most men that age in Dubai have not been formally educated and haven’t gone to university. Most of them are self made businessmen. So my dad says it was really his mother -from Ras Al Kaima- who was the one who pushed them. My grandfather had a dhow, so he used to go between India, here, Iran and so they just carted everybody, wives, etc, off to Bombay. As Bombay was part of the British Empire, they went to British Catholic school (she bursts into laughters). Which is good. He learnt english and went on to medical school with his brothers and sisters. So the rest of the family, not only my generation but the one after me, is going into medicine. So that’s not really much of a surprise. We are a very boring family !

On your website, you openly introduced yoirsefl as being married to an American TV journalist and being mother of two girls. Is that a way of giving confidence to your patients ?

I met my husband in Sharjah. He was covering the Iran-Irak war and was in the process of converting to Islam so it was convenient (she laughs). For me…

Did your parents like the idea ?

I am not sure they have still come around yet. It’s only been 25 years ! Probably not their first choice, lets put it that way. But it’s ok. And in fact, now that I’ve grown older, I start to appreciate the family. When you’re young, you tend to judge the family. But as you get older you start appreciating who you are and how you are is because of them. When I meet some of the other local women, I am just astounded by the battles that they have to fight. We have our own battles to fight but for me it was more professionally then in the family. I grew up in a family where I did not know that you actually had a choice, that you did not have to go to university and study. That was a given that you had to go. Everybody did. And now I tell my dad « But, hang on, there are all these people having coffee in the morning, capuccinos ! How come you did not tell me there was an alternative ! » (she laughs). Luckily I did not have to fight that but I do meet other women here who lead that battle. They have to fight to be educated or to be aloud to go away to study whatever it is they want to study. Still now.

What are the other battles women still have to fight here?

That is a big battle. Slightly better now because we have a lot of universities right here. Many international universities have a branche in Dubai or Abu Dhabi, which has made it much easier for these women whose family would never consider letting them go. Perhaps you don’t get educated in the same way as when you go away. Going abroad is a different education : it’s not just what you study, it’s that whole learning experience ; to be with other people ; independence ; cook ; clean. I never cooked in my father’s house and then I found myself in the middle of nowhere. Gotta eat ! There is so many Mc Donalds you can eat !

So where did you study ?

I got my main degree in Dublin.

Why Dublin ?

It was chosen for me. My GP and my dentist here were both Irish. They insisted. At the time they still had all the IRA problem and I remember my mother saying « No, no, bombs … » But they said that was in the North and the school was in Southern Ireland. My mother took a map and said « But that’s close enough ! » It took a lot of convincing. Then I did another degree in Canada and another one in Texas.

Then you moved on to become a breast surgeon specialist ?

When I graduated from Dublin, I came back to Dubai. I graduated in surgical oncology so I did my internship at the Rashid Hospital. Then I went back to the UK to finish my surgery qualifications to be a general surgeon and specialised in surgical oncology and then breast.

Is cancer still taboo here ? People used to call it « that disease » out of fear they would catch it ?

This was not only here. When I was in Ireland, I remember as medical students, we were not aloud to say the « C » word in front of the patients. Even then it was still very much a kind of covered up thing. Here cancer is now so prevalent, there are all kinds of cancers. A local lady told me the other day « Cancer has become like a flu ». So when I told her « You have cancer » and asked her if she was surprised, she said « No, everybody’s got it ». And that’s true. It’s the reality.

Are there more breast cancers here than in other parts of the world ?

We don’t know.

I read that women would have it ten years younger than in Europe and as early as 17 years old ?

We dont really have good statistics to be honest because we don’t have a cancer register. But what we do see is a trend which is similar to other countries in the Middle East and North Africa : women are getting breast cancer younger and they are getting particularly more aggressive types of cancer. And we don’t know why.

Even the foreigners?

Yes. This is why we need the cancer register. Obviously the majority of people living in Dubai are foreign so it’s really difficult to explain.

Are women particularly bashful about breast cancer here?

It waries. The young ones have so much access to information. And there has been a lot of awareness in the big cities. For older women who know it’s there, some can’t be bothered or think their time is up… I find it’s getting easier to talk to them about it. I find people superstitious, who still think that if you say it, you’ll get it or something like that. But because cancer has become so common, people are not shocked anymore.

Is awareness there ?

The awareness is there. The main problem that I face with my patients is that they are so young. These are women who are in the prime of their life. Their job, their careers, being moms and this is the time they are picking the cancers up. In France or the rest of Europe, 80% of breast cancers occur over the age of 50. Here, I am lucky if I see a 50 year old. Right now I’ve got two 28 year old. In their 30’s, 40’s… This is the thing I would now like to start looking at scientifically. As to why ? Because all the information we get from breast cancer come from countries where there is a lot of them and I am not sure we can take that information and put it here. For some reason we have something different, whether it’s genetically. Are we more prone to it ? We do all the things we are supposed to do to minimise our chances : have our kids young, breast feed children –it’s islamic to breast feed for two years-, not taking hormones. And we are still getting cancer and earlier than anybody else.

What has improved since your childhood here in general ?

It is completely different. Oh God ! I would come back to see my grandparents. From everthing : how they lived, quieter, slower. Now looking back that was probably nicer but I am saying that as an older person. In the 80’s when I came back to work at the Rashid hospital, I was young and single. I found it boring. I wanted it to have more. Now it is certainly more : anything from culture, art etc. I can’t believe how much we have now.

And on a woman’s perspective ?

I really haven’t had problems here in anyway. As I said, in my family it was just accepted that I was going to study. My mother, who got married as a teenager, is an extremely strong woman. You don’t realize it until you grow up and looking back you think a lot depends on who brings you up. My mother’s mantra was always « No is not possible, does not exist in my dictionnary ». You never say « No » to her, you never say « It is not possible ». Everything is possible. Depends on what you are willing to sacrifice to achieve it. She is still like that. She lives half the year in California ; she is an artist and is completely different. Now, even within my own country, when I said I wanted to do medicine I was on a government scholarship and nobody said « No you’re a girl and you can’t do it ». Despite the fact that surgery is historically and still is a male dominated field. They did not say « You better be a gynecologist or a pediatrician or something a bit more for women ». There was never any question. So I was very lucky I had the support the whole way. And even when I came back, there were no female surgeon cunsultant but there was not any problem because I think people realized that the need was there. So I would see patients who would prefer a woman to examine them eventhough I was at the lowest rank of the ladder. Obvioulsy when I became the first female surgeon in the UAE, there was only 2% women surgeons in the UK and 10% in America. So it’s not like we were that far behind !

I can see why now. At the time I followed what I liked, my passion. It’s not an easy road. It’s not something I would want my children to do because it is long and tiring and you give up a big chunk of your life.

You have two daughters aged 6 and 8 ?

Yes but I had them in my 40’s because for me it was impossible to do it all at the same time.

Would you say there is equality between men and women here ?

I have never experienced that you can’t do this or you can’t do that. Never. Even at home, when we meet as a family with all the uncles and aunts, we eat all together… Where it is very traditional to sit separate.

But you come from a very liberal family, it’s quite rare ?

Very.

You are not covered ?

Yes and that’s me. And there are women in the family who do. This is how I work. I can’t cover and do what I do.

Did you ever wear it ?

No. Not regularly.

And your parents never forced you to ?

Not at all. I do have lots of aunts and cousins who do and that’s fine. You do whetever you want. But for me it’s cumbersome. I’m dealing with blood and guts.

One thing is your family and your personal choice but how does society react to it ?

Most of the people who wear sheila and abaya, do it more by tradition than by religion. You see them wearing it loose, with the hair. It is more a fashion thing. Those people do not have any problems. The people who do say things to me are the ones who wear the tight hijab and sometimes the niqab for religious matters. But in our religion you cannot force somebody to do it. They have to embrace it. That’s why we embrace Islam. Nobody can force you to convert. Nobody can force you to cover. So it’s fine. I always get around that.

What are the challenges lying ahead for women ?

My main thing and this is what I am trying to say to women, is that whatever it is they chose to do, it’s not easy to get to the top. And we have a lot of other cultural issues that we have to deal with. Normally you join the line at the bottom and you work your way up to the top. The problem we have here, is that some of these girls who are really bright, who do well at university, join the line but there is the pressures to get married, to have a baby, their husband asking them to stay home, forbidding them to go off to work. Then that line ends. So this is the problem that we still haven’t broken through. We have that drive ourselves to have it all but to keep going and not stoping, to ignore the outside influence, is still at stake. I became the first female surgeon but I was not the first to try and the problem is that people give in. That’s why I had my kids late. In any field I see people starting off and then break away. And that kind of upsets me a little bit.

What other problem to do you witness ?

They have the support. Women usually can’t break away because they need to be on that job line anyway. But here, if the husband says « You don’t need to work, I make enough money to take care of you », plus they get a house or whatever that’s given by the governement… They don’t push it as hard as they could. And that’s what I find is lacking. And it’s not that anybody is stopping them, given all the opportunities they are given in this country, by law. It’s not that we’re living in Iran where there is a list of jobs that women are not aloud to do. We don’t have this here. Everything is open for us. But I would like to see that passion. This girl today asked me for a sick leave for two days because she is pregnant. I said « Why do you want me to give you a sick leave ? ». « I want to to rest ». I operated in the morning and I delivered in the afternoon. Pregnancy is not a sickness, she is just having a baby. I get upset when I see that. Because that just tells me that they are not enjoying their job, they are not somewhere they feel a real passion for the work. Like everything else, I know a lot of people in our country who want the government jobs and I’d rather see a woman take a job that they love, that they can really see that they can make a differenece in and work towards it. It’s not always the nice good coushy government job with all the perks that you get. Because I think that in the end it’s gonna show. If I’m good at something and I do this for my country than it will show rather than if I am just doing my job 9 to 5.

Do you speak arabic at home ?

Very badly. My daughters need arabic tuition. This is a problem.

Did you have a traiditional mariage ?

We did ! A three day ! (she laughs)

That must have been something for your husband !?

No because he lived in the East for a long time. In and out because of his job he’s lived in India, Pakistan, Afghanistan, Lebanon, Iran, where the wars were. In fact he knows the country better than I do sometimes, and the religion definitely better than I do. When you are brought up in something you take it for granted. As he had to study, he really got into it. He had that nice East–West mix, that I had as well. I am from here but spent a lot of my life outside. So he was kind of the reverse from the West.

Dr Houriya Kazim founded the Well Woman Clinic

www.wellwomanclinic.com

Voir les commentaires

« La richesse a érodé certaines de nos valeurs »

Publié le par Kyradubai

« La richesse a érodé certaines de nos valeurs »

Sensible au manque de livres pour les jeunes dans leur langue maternelle, Noura Al Noman a publié le premier roman de science-fiction en arabe, devenant ainsi une pionnière dans le domaine de l’écriture. Mais elle est aussi le bras droit de Sheikha Jawaher Al Qasimi, la femme du souverain de Sharjah. Elle raconte leur engagement. INTERVIEW.

Décrivez votre rôle comme Directrice générale du Bureau exécutif de Sheikha Jawaher Al Qasimi ainsi que sa philosophie « Vivre et laisser vivre» ?

J’aide son Altesse, présidente du Conseil suprême aux Affaires familiales, sur tous les projets qu’elle met en place et développe en accord avec sa vision. J’ai commencé en 2002 et mon rôle s’est amplifié avec les projets. En 1982, son Altesse s’est aperçue que les femmes avaient besoin d’un endroit sûr et privé où exercer leurs activités de prédilection. Elle a lancé le Sharjah Ladies Club (SLC) qui s’appelait alors le Al Muntazah Center. De là sont nées nombreuses de ses organisations pour les enfants, la jeunesse, les femmes et les affaires sociales et la philanthropie. Le Conseil Suprême, né du Club, chapeaute maintenant toutes ces initiatives financées par le gouvernement de Sharjah et son Altesse notre Souverain Sheikh Sultan Al Qasimi. Si son Altesse s’intéresse à une cause, elle développe un centre ou une organisation.

En un mot, ses rêves prennent forme. Pouvez-vous décrire son engagement auprès de la jeunesse sachant qu’elle est très concernée par l’éducation ?

Elle a développé des programmes pour les enfants : des activités para scolaires dans l’art, la science et dernièrement la robotique. A l’adolescence, les enfants peuvent ensuite rejoindre des centres pour garçons ou filles. L’une des initiatives dont elle est la plus fière est le Parlement des enfants qui a déjà 12 ans. Les enfants y tiennent des élections et les vainqueurs deviennent membres du Parlement. Chaque année ils travaillent sur un thème et rencontrent les gens au pouvoir, les invitant à répondre à leurs questions sur des thèmes qui ont une incidence dans leurs vies. Comme un vrai Parlement. L’année dernière, l’alimentation à l’école était à l’ordre du jour. Ils ont interpellé les Ministres de l’éducation et de la santé pour en débattre. A la fin, ils ont fait état de leurs recommandations. C’est une très bonne expérience de la démocratie pour les enfants. Ils réalisent les changements et prennent conscience de ce qui se passe autour d’eux. Quand ils grandissent, ils peuvent rejoindre les centres de jeunesse qui ont aussi leur Parlement. J’ai rencontré le jeune homme diplômé du centre de Sharjah qui a lancé l’initiative « Un drapeau sur chaque maison » pour la fête nationale. Il en est très fier. C’est un exemple de ce que ces jeunes deviennent.

Le soutien à la cellule familiale est l’un des principaux chevaux de bataille de Sheikha Jawaher. Quels sont les problèmes rencontrés et les défis dus à la vie moderne ?

Son Altesse est à la tête du Centre pour le Développement familial qui propose des conseils aux familles mais sensibilise le public aux affaires familiales. Près de 3000 personnes font appel à eux chaque année pour demander une aide psychologique ou des conseils. La plupart sont concernés par des problèmes de divorce ou d’abus de drogues (principalement des hommes). Nous avons un très haut taux de divorce aux Emirats (voir encadré). Cela est dû au fait que malheureusement les couples ne comprennent pas les responsabilités du mariage. Le centre propose donc des ateliers pour les personnes qui vont se marier ou viennent de se marier. Ils discutent de la signification du mariage en terme de responsabilité et de partenariat : comment se traiter l’un l’autre. Ici les gens se marient jeunes et les parents ne les ont pas vraiment préparés à la vie maritale.

Sheikha Jawaher dit qu’elle observe quotidiennement les effets de la vie moderne sur son peuple. Quel est son souci ?

En tant que pays, nous n’avons que 41 ans et la vie était si différente il y a 40 ans. Ce que d’autres ont vécu en centaines d’années, nous l’avons fait en 20 ans. Il existe donc un fossé gigantesque entre la vieille et la jeune génération et cela a causé de nombreux problèmes. Les gens sont tournés vers les choses matérielles, les marques et la gloire plus que l’éducation des enfants et les valeurs des Emirats.

Quelles sont les valeurs au cœur des Emirats que vous essayez de raviver ?

La famille était au centre de tout. Il y a aussi la philanthropie, servir sa communauté et le souci de l’autre. En raison de notre climat, des saisons, les hommes devaient partir de longs mois à l’étranger, en mer, pêcher des perles afin d’entretenir leur famille. Et les autres devaient se soutenir. Mais le pétrole, la soudaine richesse a malheureusement érodé certaines de nos valeurs.

Comment était Sharjah à l’époque, lorsque vous étiez petite fille ?

Mes deux maisons –celle de la famille de ma mère et de mon père- sont originaires de Sharjah. Nous vivions ici. Sharjah s’étalait sur un banc de sable dans cette zone, là où se trouvaient toutes les habitations. Les gens se déplaçaient dans les terres durant l’été pour trouver la fraîcheur. Les Emirats étaient pauvres. Le Koweit construisait nos écoles, envoyaient des maîtres, la plupart Palestiniens ou Egyptiens, des livres, et même les petits déjeuners ! Nous apprécions ce que le Koweit a fait pour nous. Tout cela a changé. Nos enfants ne réalisent pas à quel point leurs parents étaient privés de tout et quelle chance ils ont. C’est aussi une des raisons pour laquelle nous avons tant de divorces.

Quelles sont les valeurs de Sheikha Jawaher ? Elle semble dotée d’un grand sens humain.

Ses valeurs sont tournées vers l’humanité et le respect pour la dignité humaine. Ce sont aussi les valeurs de son équipe. C’est dû à la façon dont elle a été éduquée. Oui c’est la Sheikha et l’épouse de notre souverain, mais avant le pétrole et l’Union des Emirats, elle se souvient de la façon dont nous étions élevés, croyant à nos responsabilités envers les autres. Elle est très cultivée, suit l’actualité, est concernée par ce qui se passe dans le monde. Nous revenons du Haut Commissariat pour les Réfugiés à Genève où nous avons été briefées sur un programme néonatal qu’elle finance en Somalie. Elle est bilingue ce qui ouvre ses horizons. La tradition n’est pas qu’une façon de s’habiller ou des symboles, mais ce pourquoi nous nous battions et cela n’est pas assez mis en avant, même dans notre système éducatif.

Ses valeurs et son éducation se reflètent dans ses choix

En terme d’action humanitaire ?

Sharjah City for Humanitarian Services (SCHS) fait partie des organisations qu’elle soutient. Une centre pour handicapés qui a 33 ans. La caravane rose, la campagne de sensibilisation au cancer du sein, est aussi l’une de ses initiatives.

Les traditions n’ont rien à voir avec le conservatisme. Qu’est-ce que le conservatisme ?

Voici deux exemples. Le premier dans le sport. Les gens adorent voir les hommes le pratiquer mais pensent que les filles ne devraient pas en faire. Le SLC comprend 10 branches dans tout l’émirat de Sharjah au service de leur communauté mais surtout elles ont leurs équipes de sport. Un jour, son Altesse a rencontré une jeune fille en vêtements de sport dans l’un de ces centres. Elle lui a demandé si elle jouait dans une équipe. Mais la jeune fille a répondu que ses parents le lui interdisaient. Son Altesse a tenté de les convaincre deux ans durant… Cela n’arrive plus. Le second exemple, dans le domaine du cancer. Il y a 11 ans, les gens ne prononçaient même pas le mot. Ils disaient « cette maladie », de peur de l’attraper. C’était de l’ignorance avant tout. Grâce à la campagne « Les amis des patients souffrant du cancer » lancée en 1999, c’est devenu normal d’en parler, de faire des auto-examens et des check ups.

Quels obstacles rencontrez-vous?

Les priorités ont changé. Les marques sont la priorité, la mentalité des centres commerciaux, être célèbre 15 minutes… Cela ne veut pas dire que nous ne parviendrons pas à faire changer les choses. Regardez le Girls Guide, les filles scouts. C’est une bonne alternative au reflexe « allons faire du shopping ». Nous pouvons inverser cela en fournissant ce genre de programmes, en sensibilisant à l’autre, ailleurs.

Pouvez-vous nous en dire plus sur le Girl’s Guide ?

Son Altesse vient tout juste de lancer la nouvelle identité du Girls Guide. Elle en est la présidente. Elle a été scout étant enfant et elle dit que cela lui a permis de comprendre quel était son devoir envers son pays. C’est la raison pour laquelle elle s’investit dans tous ces projets et tient à ce mouvement. C’est cela qui ramènera les enfants vers les valeurs de base des Emirats. Lorsque vous faites les choses de façon divertissante et excitante, elles resteront pour toujours et feront partie intégrante de votre personnalité. Elle a appelé toutes les femmes à se porter bénévole comme elle. Elle est très proche de la Princesse Benedicta du Danemark qui est la marraine de la Société Baden Powell avec qui elle partage la même passion. Elle est venue deux fois rendre visite aux filles d’ici. Son Altesse exhorte les femmes des souverains des différents Emirats à ouvrir une antenne du Girls Guide chez elles. Il ne manque plus que Dubaï and Ajman mais nous y travaillons. Elle a aussi nommé deux nouvelles ambassadrices auprès des filles afin d’être leurs mentors : Susan Al Houbi, une Palestinienne élevée à Sharjah, qui a gravi le Mont Everest et Sheikha Ahmed Al Qasimi, la nièce du souverain. Lorsque son Altesse est revenue à sa voiture après l’évènement, elle a été frappée de voir que le sol était jonché de détritus. Elle est retournée apprendre aux filles qu’il fallait laisser leur environnement propre.

Cela doit être un vrai défi d’être déchiré entre ses traditions et une modernité extrême ?

La société moderne amène beaucoup de choses positives. Les femmes sont maintenant conscientes de leur potentiel. Tant d’organisations les y ont aidées. Mais elles ont perdu le contact avec leurs enfants. Peut-être sont-elles trop prises par leur profession ? Leurs maris ne les aident pas toujours. Beaucoup n’ont aucun soutien. Les enfants et la famille ne sont plus des priorités. C’est l’un des effets néfastes de la vie moderne. Et la jeunesse n’est même plus intéressée par sa propre langue. Et nous parlons de 50% de la population ! Ils vont vers ce qui est facile, l’anglais ou ce qu’on appelle arabisi (un mélange d’arabe et d’anglais). Tout le monde blâme les jeunes mais nous sommes les responsables. Ils en sont les victimes. Nous devrions leur fournir du contenu en arabe qui les intéresse.

D’ailleurs vous venez de publier un roman de science fiction en arabe ?

Sheikha Bodour, l’ainée des filles de son Altesse a publié deux de mes livres pour enfants, l’un racontant l’histoire d’un chat et l’autre d’un hérisson. Elle m’a encouragée à écrire. J’ai commencé quand j’ai réalisé qu’il n’existait pas de littérature jeunesse en arabe. Ma fille est adolescente et elle ne lira jamais la littérature classique en arabe, trop compliquée. Ils ne peuvent s’identifier. C’est pareil pour les livres pour les jeunes enfants. Alors ils se tournent vers les livres en anglais et perdent leurs compétences en arabe. J’ai aussi tenté de lire des romans en arabes –j’aime la science fiction et la fantaisie-, mais je n’ai rien trouvé. Alors, j’ai écrit et publié mon premier roman en novembre 2012, « Ajwan ». C’est l’histoire d’une fille venue d’une planète détruite qui devient réfugiée. Cela parle des personnes privées de leurs droits, victimes d’injustice et de ceux qui n’ont aucun scrupules à en profiter, faisant d’eux des terroristes ou des voleurs. Des jeunes m’ont écrit pour me dire que c’était le premier roman qu’ils lisaient en arabe.

Quels conseils donneriez-vous aux femmes ?

Réévaluez vos priorités. Concentrez-vous sur ce qui compte vraiment. Et vous ferez les choses différemment probablement. Cela aura sans doute un effet sur votre entourage. Si vos enfants étaient votre priorité, vous auriez un avenir meilleur. Mais peut-être suis-je trop idéaliste.

Encadrés :

Le divorce et le mariage en chiffres à Dubaï

En 2012

4200 mariages contractée

1100 divorces

7% de mariages en moins entre Emiratis

1% de plus entre Emiratis et étrangers

Divorce en augmentation de 10% de 2009 à 2010 et de 13% de plus de 2010 à 2011

Source : Dubai Statistics Center

Quelques raisons invoquées par les experts :

Rapide changement social

Coût élevé du mariage et de la dot

Mariage trop rapide, manque de connaissance des époux avant l’engagement

Exposition à d’autres cultures

Indépendance accrue des femmes

Perte d’autorité des hommes

Disparité des niveaux d’éducation entre les femmes et les hommes

Disparité de l’âge entre les épouses

Refus de fournir un foyer séparé en cas de polygamie

Interférence familiale

Difficultés de communication

Violence conjugale

Jalousie

Infidélité

Manque d’intimité

Abus d’alcool et de drogues

Voir les commentaires

Manal bin Ismail, ambassadrice de son pays, démonte les stéréotypes véhiculés sur les Emirats

Publié le par Kyradubai

Manal bin Ismail, ambassadrice de son pays, démonte les stéréotypes véhiculés sur les Emirats

Manal bin Ismail vient d’endosser avec fierté sa fonction d’ambassadrice de la culture émiratie. Cette jeune étudiante de 23 ans, anime depuis peu les petits déjeuners du Centre de Sheikh Mohammed pour la Compréhension Culturelle (SMCCU). Elle en parle avec sérieux et une pointe d’humour. INTERVIEW.

J’ai été très impressionnée par la liberté de ton durant le petit déjeuner ?

Nous faisons en sorte que les invités se sentent libres de poser tous types de questions. Ils peuvent même nous demander des choses personnelles. Et nous comprenons aussi ce qui se peut cacher derrière la question, ce qu’ils essayent de savoir alors nous en abordons tous les aspects. C’est cela qui fait le succès du Centre. C’est une vraie chance de rencontrer des Emiriens. Nous donnons des exemples de nos vies. Nous accueillons de nombreux invités et ils partent satisfaits. Et cela modifie même leur façon de penser. Nous faisons du bon travail ici.

Qui sont les invités ?

Ils viennent du monde entier. La plupart sont touristes mais certains sont résidents et même des locaux. La jeune génération émirienne ne connaît pas toujours sa propre culture. Lorsque j’ai commencé, je ne savais pas moi-même pourquoi les femmes s’habillent traditionnellement en noir. Nous perpétuons certaines choses mais nous n’en connaissons pas les raisons, le concept. Les Emiriens sont choqués de découvrir tout cela et sont fiers de leur culture quand ils la découvrent. La plupart du temps, si vous demandez à un jeune émirien pourquoi il fait ceci ou cela il répondra « Parce que c’est comme ça ». Ici, nous expliquons les raisons. C’est un programme éducatif. Certains sont envoyés par leur entreprise. Dans le cadre de leur travail, ils doivent aussi expliquer les choses aux étrangers. Ce sont des ambassadeurs du pays et ils doivent être capables d’informer leurs hôtes.

Pourquoi avoir ouvert le centre à Bastakia ?

Ce quartier tire son nom des émigrés de Bastak en Iran, venus s’installer ici. Ils étaient marchands. Cela fait cent ans et c’est notre patrimoine. Il est important de le protéger. La plupart de ces gens sont partis, excepté un vieil homme qui habite encore ici. Aujourd’hui, le quartier appartient au gouvernement. Il y a des galeries, des cafés, un musée, des centres dédiés à la culture et au patrimoine. Abdullah bin Issa Al Sarkan est à l’origine de l’idée du Centre. C’est lui qui est derrière le concept « Ouverture des portes. Ouverture d’esprit ». Sheikh Mohammed a adoré cette idée et lui a donné cette maison traditionnelle. Avant il le faisait dans sa propre maison.

Quand avez-vous commencé à travailler pour le SMCCU ?

Il y a quelques mois seulement. Je suis encore étudiante au Dubai Women’s College en tourisme et évènementiel et en marketing.

Et quelle expérience en retirez-vous de vos débuts ici ?

Chaque fois ce sont de nouvelles personnes et vous ne savez jamais quelle tournure le programme prendra. Les questions sont toujours différentes et j’apprends grâce aux questions. J’apprends tous les jours. Je suis ravie de ce travail.

Etait-ce difficile de décrocher le poste ?

Très en effet. Il faut un très bon niveau d’anglais, apprendre vite et être très flexible avec les touristes. Certaines personnes vous attaquent avec divers comportements et façons de penser. Je dois pouvoir gérer. Je me sens comme une ambassadrice de mon pays, représentant ma culture, montrant qui nous sommes et casser les stéréotypes véhiculés sur nous.

Quelles sont les questions les plus fréquentes ?

Pourquoi les femmes sont-elles en noir et les hommes en blanc ? Pourquoi les femmes portent-elles l’abaya ? La question des quatre femmes aussi interpelle… Les gens se sont déjà fait leur opinion. Nous expliquons que ce n’est pas uniquement notre culture mais notre religion. Nous sommes beaucoup interrogés sur les mariages arrangés aussi.

Quelle est la question la plus étrange que l’on vous a posée ?

L’un de nos bénévoles a eu cette question : « Pourquoi y a-t-il un tuyau d’eau dans vos toilettes ?» C’était vraiment embarrassant et drôle. Mais toute question a raison d’être.

Alors, pourquoi les femmes ici s’habillent-elles en noir ?

L’abaya est la robe noire que nous portons sur nos habits. Les femmes la portent en Iran et en Irak. Les chiites ont commencé. Tous les 10ème jours du calendrier lunaire, ils célèbrent la mort du petit fils du Prophète –que la paix soit avec lui –et ils ont choisi un matériau qui ne soit pas transparent. Si vous le portez pour des raisons religieuses, il est complètement couvrant. Lorsque vous le portez un peu relâché, ça devient de la mode. Le concept est d’être couverte, se montrer modeste et pratique. C’est devenu à la fois un argument de mode et d’extrêmisme.

Pourquoi la portez-vous ?

Les femmes la portent parce que c’est à la mode. Pour montrer qu’elles sont émiriennes et aussi pour se couvrir. Nous avons aussi été élevées avec, alors c’est confortable pour nous. Ma grand-mère porte la burga même dans la maison. Je lui dis qu’elle peut la retirer mais elle ne se sent pas à l’aise sans.

Si vous décidiez de ne plus porter l’abaya que dirait votre famille ?

Honnêtement, je l’enlève quelque fois. La famille n’est pas la religion et c’est pourquoi je me le permets. Cela fait partie de la culture. Lorsque je vais camper avec ma famille, je l’enlève. Lorsque je voyage à l’étranger, je l’enlève aussi car je veux passer inaperçue. Le sheila fait partie de notre religion donc je ne l’enlève pas. Dans les lieux de culte, il faut se couvrir les cheveux. L’idée est d’enlever la pression esthétique : de quoi ai-je l’air ? Tout le monde est sur un pied d’égalité et vous pouvez ainsi vous concentrer sur vos prières et non sur votre apparence. Vous ne distinguez plus les riches des pauvres. Ça c’est la mosquée et pour les reste, c’est votre choix.

Dubaï a un rôle à jouer dans la région ?

Nous sommes des ambassadeurs pour tous les pays du monde. Ce à quoi vous assistez ici est rare : toutes ces nationalités, ces religions, ces origines différentes qui vivent ensemble en paix. Et nous essayons de servir d’exemple aux pays arabes et musulmans du monde entier.

Encadré : Le Centre de Sheikh Mohammed pour la Compréhension Culturelle (SMCCU)

A pour but d’accroître la sensibilisation et la compréhension entre les différentes cultures vivant à Dubaï. Etabli sous le patronage de Sheikh Mohammed Bin Rashid Al Maktoum en 1998, le centre a pour slogan : « Ouverture des portes. Ouverture d’esprit » et s'efforce d'éliminer les barrières entre les personnes de différentes nationalités en sensibilisant le public à la culture, aux coutumes et à la religion des Emirats Arabes Unis. « Lorsque les gens arrivent aux E.A.U, nombreux sont ceux qui ne savent pas à quoi s’attendre et ne comprennent pas vraiment la culture émirienne. A vrai dire, beaucoup d’expatriés ont vécu et travaillé des années aux E.A.U et n’ont pas encore rencontrés d’Emirien,» Abdullah Bin Eisa Al Serkal, Directeur et Fondateur du SMCCU.

Encadré : Un petit déjeuner ensemble

« Venez pour la nourriture, restez pour la culture. » Centre de Sheikh Mohammed pour la Compréhension Culturelle (SMCCU)

Il suffit de réserver sa place un peu à l’avance, vos chaussures rangées dans l’entrée, et vous voilà assis en tailleur pour un petit déjeuner, déjeuner ou diner traditionnels (respectivement 60, 75 et 90 dirhams). Le Centre se conforme aux valeurs fondamentales des Bédouins : hospitalité, générosité et honneur. En raison de la curiosité des touristes et des résidents envers la culture locale, cette authentique maison traditionnelle datant de 1944 fut transformée en structure officielle, le SMCCU, dans le but de créer la rencontre. Vous y apprendrez que la cardamome qui parfume le café est censée apaiser l’estomac, le safran vous détendre et les dates à tapisser votre estomac le protégeant des aigreurs de la digestion. Vous dégusterez un petit déjeuner local –qui est de plus en plus partagé uniquement les vendredis en raison du rythme de la vie moderne- composé de pois chiches bouillis, de vermicelles aux œufs, de gaufres locales et de beignets accompagnés de confiture de date et de fromage blanc. Les locaux se serviront de trois doigts de la main droite pour porter les aliments à leur bouche afin de garder le reste de leurs mains propres évitant de gaspiller trop d’eau pour se les laver. Selon les jours les sujets abordés varieront mais on discutera volontiers des familles nombreuses, de la place de la femme dans la société, de la polygamie, des mariages arrangés, du divorce, du port de l’abaya et du niqab avec un essayage à l’appui pour les plus curieuses. Pour conclure, ici rien n’est tabou, toutes les questions sont bonnes à poser et tout est sujet d’intérêt.

Quelques informations partagées durant ce petit déjeuner

La famille

« Une famille traditionnelle comptait entre six et sept enfants. C’était un signe de puissance, de richesse et de pouvoir d’avoir beaucoup d’enfants. Mais de nos jours, on en a trois ou quatre en moyenne. » Manal

Les droits des femmes

« Nous essayons d’enseigner aux femmes qu’elles ont des droits. Le droit à l’éducation car il est important que les femmes aient accès à l’éducation si elles veulent transmettre leurs valeurs aux générations futures. Le droit à leur héritage, le droit de gérer leur dot comme elles l’entendent, le droit de posséder leur propre argent (salaire), le droit de divorcer… » Manal

« J’étais directrice de Gulf Air pendant huit ans. J’ai dû prouver que j’étais meilleure qu’un homme. Il faut travailler deux fois plus dur ». Fatma

« Il y a sept femmes parmi les 40 membres du Parlement des E.A.U. Il nous faut jouer entre nos traditions, la religion et la société moderne. Nous devons rester à la page aussi avec le reste du monde ». Fatma

« De toutes nouvelles lois imposent la présence de femmes dans les conseils d’administration. Tout change. Sheikh Mohammed a boosté le rôle de la femme. Aux E.A.U nous essayons d’être les ambassadrices de toutes les femmes des pays arabes. Nous nous battons pour montrer aux femmes arabes les droits que nous avons. Nous montrons aussi au monde qu’il est possible de vivre en paix malgré le fait d’être la minorité de son propre pays. » Fatma

La femme et les traditions

« Ce qui compte n’est pas ce que vous portez, de quoi vous avez l’air, mais vos actes ». Fatma

« Notre religion ne nous impose pas de couvrir notre visage et nos mains. » Manal

Les mariages arrangés

« Selon la religion, la femme a le droit de refuser sinon il s’agirait de mariage forcé. Nous avons toujours des mariages arrangés et c’est ce que nous préférons. Voilà comment les choses se passent : ma mère se rend au majli où elle rencontre d’autres femmes avec qui elles discutent. Elle expliquera que sa fille vient de terminer ses études, qu’elle sait cuisiner, etc et une autre femme dira que son fils a un bon poste, qu’ils devraient se rencontrer et à partir de là, il y aura trois étapes jusqu’au mariage. Les deux familles se rencontreront et la jeune fille verra de quoi a l’air le jeune homme en cachette. Si il lui plaît, elle acceptera de le rencontrer. Les parents aborderont les sujets de la dot, de l’éducation, si l’épouse veut étudier ou travailler et si la famille du jeune homme accepte les conditions. Si les deux familles se mettent d’accord, les jeunes gens se rencontreront en public, chaperonnés bien entendu. C’est une façon de protéger la jeune fille car les hommes en veulent toujours plus ! Ils se fréquenteront ainsi un ou deux ans, c’est variable selon les couples. Puis, vient le temps des fiançailles. Un contrat sera signé régissant les sujets de l’héritage, des revenus et du soutien assurés par le mari et une date sera arrêtée pour le mariage. La dernière étape est la célébration du mariage. A chaque étape, le processus peut être stoppé. De nos jours, il est plus fréquent de rencontrer son futur époux à l’université ou au travail. Le jeune homme se procure le numéro des parents de la jeune fille et sa famille les contactera. Si la jeune fille accepte, le processus continue. » Manal

La polygamie

« Un homme a le droit d’avoir jusqu’à quatre épouses mais doit être en mesure de subvenir à leurs besoins ainsi qu’à ceux des enfants. La décision de prendre une seconde épouse se fait en accord avec la première. Initialement, c’était une manière de venir en aide aux veuves. De nos jours avec la situation en Irak ou en Syrie, c’est une bonne chose. Bien entendu, certains font une mauvaise utilisation de ce concept. Mais aujourd’hui, seuls 2% des hommes ont plus de deux femmes et 10% en ont deux. » Manal

Pour plus d’infos :

Villa 26, quartier de Bastakiya

Al Musallah Road, Bastakiya, Bur Dubai

Tel : 00971 4 353 6666

Email : smccu@cultures.ae

Petit déjeuner culturel 60 dhs

Déjeuner culturel 70 dhs

A visiter aussi avec le SMCCU: la Mosquée de Jumeirah et Bastakiya

Manal bin Ismail, ambassadrice de son pays, démonte les stéréotypes véhiculés sur les Emirats

Voir les commentaires

Détournement d’abaya : le style punk rock d’Abeer al Suwaidi

Publié le par Kyradubai

Détournement d’abaya : le style punk rock d’Abeer al Suwaidi

Abeer al Suwaidi a ouvert sa boutique, USH, en 2009. USH a la même sonorité que le mot « nid » en arabe. Cette jeune styliste émiratie s’est alors rendue compte que cela voulait aussi dire espoir ou bénédiction dans d’autres langues, un nom tout à fait approprié pour un showroom qui abrite les collections des designers locales qu’elle accueille en plus de la sienne. Rencontre avec une artiste excentrique au grand cœur et au style déjanté. INTERVIEW.

Vous détournez l’abaya. Dites-nous en plus au sujet de votre style et de votre prise de position ?

Je voulais faire des expérimentations avec l’abaya et l’exposer à différentes influences. D’une façon un peu branchée. C’était un peu angoissant car il s’agit d’un des éléments les plus précieux de notre culture. Je voulais faire une petite entorse à l’abaya version classique et exprimer ce que je pensais devoir être une abaya. Je ne savais même pas si cela intéresserait quelqu’un. Lorsque j’ai commencé en utilisant du cuir, des ceintures, des corsets magnifiant le corps, je ne savais pas comment les gens réagiraient. J’ai utilisé la chambre à l’arrière presque comme un laboratoire. C’était une expérience et les femmes ont commencé à venir.

Et elles ont réagi de façon positive ?

Tout à fait. Je m’exprimais, moi, Abeer.

Et comment ont réagi les hommes ?

Nous avons eu quelques maris en colère (elle rit). Un jour, une fille qui avait acheté ce que j’appelle la « skinny abaya » en référence au jeans skinny (ndlr : près du corps et serré en bas), - je voulais quelque chose qui soit au moins mince (elle éclate de rire)… C’est ce qui a lancé la marque, ce qu’elle est devenue aujourd’hui. Donc, elle portait cette abaya et déambulait dans la boutique en disant qu’elle en voulait une autre. Je riais en disant « mais vous en portez déjà une ». « Oui, a-t-elle répondu, mais mon mari est dehors et il me dit « non! » Donc j’en achète une autre». Pour elle c’était un positionnement mais son mari était fâché et s’énervait en dehors (ndlr : les hommes ne sont pas admis dans la boutique). Nous avons eu quelques situations amusantes de ce genre. Cela vous permet de connaître les clients de façon un peu plus personnelle. Les femmes qui mettent mes vêtements les portent bel et bien comme une prise de position.

Comment définiriez vous cette prise de position ?

Elles sont puissantes, fortes, courageuses. Elles ont quelque chose à dire. Même si vous êtes silencieuse, que vous ne dites pas quelque chose verbalement, vous l’exprimez en portant mes abayas.

Croisez-vous des femmes portant vos abayas quelque fois ?

Oui. Je me dis : « tiens ! » J’aime les voir portées, en public.

Parce qu’elles sont vraiment reconnaissables ?

C’est toute l’idée.

Comment vous est venue l’idée de changer l’esprit de la abaya classique qui vous était familière et de développer ce style excentrique ?

En fait, tout ce que j’ai fait c’est ouvrir des horizons à l’habaya classique. L’ouvrir au monde. Afin que tout le monde puisse y avoir accès. C’était difficile car la frontière est ténue. Comment réussir à la métamorphoser d’un vêtement classique à un vêtement moderne et contemporain. Mais en réalité la seule chose que j’ai fait, c’est de revenir à la coupe traditionnelle, héritée de la tradition classique et la transformer en un style qui parle aux jeunes.

Vos abayas sont aussi le reflet de ce qui se passe à DubaÏ : une culture traditionnelle et conservatrice mais exposée à toutes sortes d’influences internationales, de styles de mode et de matériaux importés de l’étranger ?

Oui, tout à fait. Nous évoluons avec ce qui arrive à notre culture ici.

Et cela se fait en douceur ?

Vous voulez dire dans la mode (elle rit) ? Cela se fait en douceur mais voilà pourquoi USH existe. Si vous me trouvez trop expressive, trop excentrique, si vous trouvez mon style trop tape à l’œil, vous trouverez ici d’autres marques qui, bien que modernes et contemporaines n’en restent pas moins classiques.

L’idée consiste à ne pas trop bousculer les gens ?

C’est ça.

Vous ne voulez pas aller trop vite non plus, juste proposer autre chose ?

Oui. Il faut être prête à portez mes vêtements et se sentir à l’aise.

Quelles matières utilisez-vous ?

Pour ma dernière collection qui sort maintenant, j’ai utilisé beaucoup de velours. Je travaille beaucoup avec des broderies délicates faites à la main, de vieilles broderies mélangées à des matières très modernes. J’utilise du coton. Les femmes étrangères sont très intéressées par les habayas en coton car c’est plus proche du prêt à porter. La matière que l’on utilise en principe pour les habayas est le crêpe saoudien.

Comment se sent-on dans cette matière ?

C’est agréable. Cela dépend de la qualité. Il y a différents types de crêpes. C’est doux et léger. Mais nous utilisons à présent d’autres matières comme le satin, le coton, la dentelle et même le jersey en hiver.

Et vous utilisez aussi des matériaux très « rock and roll », voire punk ?

Oui. Des pics, du métal, des harnais. Ça c’est la Abeer qui se révèle ! C’est moi. C’est vraiment quelque chose que je voulais exprimer à travers l’habaya. Ces tempéraments existent même en portant l’habaya : des filles rock avec de fortes personnalités. Pour mon deuxième fashion show, j’ai fait une collection Bob Marley, très différente puisqu’elle était reggae. Chaque fois que je dessine une collection, que je fais un fashion show c’est une prolongation de ma personnalité.

Et comment réagit votre famille ?

Mes parents me soutiennent. Les deux sont artistes. Ils peignaient lorsque j’étais jeune alors ils comprennent ce que je fais. J’ai parfois un oncle ici ou là … (elle rit) qui me fait la morale.

Que vous disent-ils ?

Fais attention. C’est l’abaya. C’est au cœur de notre culture et de notre religion. Ne vas pas trop loin, respecte.

Seriez-vous prête à ne pas porter l’abaya ?

Non. J’aime mon abaya. En tant qu’émiratie, c’est mon identité. J’aime l’abaya.

Cela vous paraîtrait bizarre de ne pas en porter ?

Oui parce que l’abaya montre à tout le monde qui je suis et d’où je viens. Nous avons de la chance de l’avoir car personne ne peut se tromper sur notre compte. Les gens savent qu’ils ont face à eux une émiratie ce qui est rare à travers le monde : voir quelqu’un et immédiatement savoir qui il est. Pour moi, l’abaya est une fierté et la porter une preuve immédiate de mon identité.

Qu’avez fait comme études ?

Je suis allée à l’université à Abu Dhabi et j’ai étudié communications au Dubai Women’s College mais j’ai rejoint la mode. J’ai toujours voulu travailler ans la mode et j’ai toujours eu un style à part. Pour mon entrée en sixième, j’étais la seule à venir avec une robe… énorme ! Tellement volumineuse, comme une robe de bal. Qui fait ça ? Comment ma mère m’a-t-elle même laissée sortir ? Bon, vas-y exprime toi mais en dehors de la famille ! Je suis donc sortie dans cette robe et je me souviens d’avoir été sur scène et gagné le prix de la plus belle robe. Mais je ne crois pas que les autres trouvaient ça cool à l’époque !

Comment vos collègues, votre famille, vos amis vous décrivent-ils ?

Une excentrique, un peu différente. Créative.

Quels créateurs de mode admirez-vous ?

Alexander Mc Queen, Vivienne Westwood, et beaucoup de designers japonais comme Yohji Yamamoto.

Avez-vous vécu à l’étranger ?

Un an à Singapour.

Que portez-vous sous votre abaya aujourd’hui ?

Un legging noir, un marcel noir et mes chaussures à talon rose fluo (elle éclate de rire).

Qui est votre clientèle ?

Tous les âges. Des jeunes filles et jusqu’à 50 ans. Des émiraties mais aussi des femmes d’Oman, du Qatar, des Saoudiennes. Et même des Yéménites qui pourtant ne portent pas la habaya. Je suis très heureuse quand elles craquent pour une des miennes.

Un projet ?

Nous prévoyons d’ouvrir une boutique à House of Frazer à Abu Dhabi début 2013.

Quelle différence de style notez-vous entre les femmes occidentales et moyen-orientales ?

Souffrir pour être belle. Nous sommes plus là dedans. J’ai remarqué que sur le marché européen, ils veulent des choses plus légères, confortables. Nous sommes prêtes à souffrir : les pics, les ceintures, les talons aiguilles, le maquillage. On prend la mode au sérieux ! Et on est très « total look », des pieds à la tête. Le sac est assorti aux chaussures. Elles adorent. Je sors une ligne de prêt à porter. En Irlande, nous avons fait un show et les femmes ont adoré les abayas. J’étais surprise : elles en veulent mais bien sûr, pour elles, elles sont trop longues, pas pratiques… Mais elles ont aimé le style, la couleur noire. Donc je développe une ligne de prêt à porter pour mes clientes occidentales.

Quels sont vos temples du shopping à Dubai ?

If Boutique. Une vraie boutique qui propose quelque chose de différent.

Où sortez-vous ?

Je n’ai pas le temps de sortir mais en hiver, nous allons dans le désert. Près de la route, vous verrez tous les émiratis avec leurs tentes et leurs théières. On reste là jusqu’à minuit, toutes générations confondues. Et sur une autre colline (dune), il y a nos amis. On prend les motos, les quads…

Une journée dans la vie d’Abeer

Je me lève vers 7h30 avec mes enfants. J’en ai trois. Nous nous asseyons ensemble et discutons. Je leur fais la morale : soyez gentils, ne faites pas de mal aux autres. Quand ils sont partis pour l’école, je dessine et fais mes recherches. J’ai de l’inspiration le matin. Je travaille avec mon mari. Nous travaillons beaucoup. C’est bon signe ! Hamdulilla ! J’ai un bébé de 9 mois alors je passe ensuite un peu de temps avec lui puis je vais chercher mes enfants à la sortie de l’école. Je passe à la boutique, dans mes deux autres boutiques aussi, je regarde la production. Le soir, je repasse à la maison et je les mets au lit. Finalement, vers 20-21h, je sors enfin prendre un café et je retrouve d’autres designers. Je n’ai pas beaucoup de temps à « moi » en ce moment ni de vie sociale. Si quelqu’un veut m’inviter à prendre un café d’ailleurs ? Je suis souvent chez Shakespeare au Village Mall. Mes vies professionnelles et personnelles sont mêlées.

Petit lexique

Abaya : robe de tissu noir portées par les femmes au Moyen Orient afin de dissimuler leurs corps et leurs cheveux

Jalabiya : Robe colorée plus décontractée portée en intérieur

Kaftan : robe un peu plus habillée que la jalabiya mais de même esprit

Sheila : foulard noir se portant comme un voile servant à camoufler la chevelure. Les voiles de couleurs sont des foulards.

Détournement d’abaya : le style punk rock d’Abeer al Suwaidi
Détournement d’abaya : le style punk rock d’Abeer al Suwaidi
Détournement d’abaya : le style punk rock d’Abeer al Suwaidi
Détournement d’abaya : le style punk rock d’Abeer al Suwaidi

Voir les commentaires

« Je suis la première émirienne chirurgien mais d'autres ont essayé »

Publié le par Kyradubai

« Je suis la première émirienne chirurgien mais d'autres ont essayé »

De nationalité émirienne, Dr Houriya Kazim est la première femme chirurgien du pays. Elle raconte comment elle a réussi à gravir l’échelle médicale et quels défis les femmes ont encore à relever aux Emirats Arabes Unis. Selon elle, leur avenir est entre leurs mains. INTERVIEW.

Comment devient-on la première femme chirurgien d’un pays traditionnel ? Quelle est votre recette secrète ?

Je suis originaire de Dubaï mais nous avons beaucoup voyagé durant mon enfance avec mon père qui était aussi chirurgien. Quand je suis née, il faisait son stage en Grande Bretagne donc j’ai passé les premières années de ma vie là bas. Il a travaillé dans les Caraïbes un moment, puis au Canada et nous sommes revenus dans les années 70. Donc j’ai passé mon enfance à l’étranger. Pour ce qui est de la médecine, je viens d’une famille de médecins alors ça n’a pas été vraiment une surprise. Mon grand-père paternel était un « hakim », un médecin traditionnel. Il n’a jamais étudié mais le village faisait appel à lui lorsque quelqu’un tombait malade et la plupart de ses enfants – je crois qu’il en a eu environ 25 avec toutes les femmes…- sont devenus médecins, même les filles. Ils ont tous été à l’école. En ce temps là, nous n’avions pas d’écoles, sans parler des universités ou des écoles de médecine. Ils ont donc tous été éduqués dans des écoles catholiques anglaises en Inde et enchaîné avec leurs études de médecine sur place.

Catholique ?

Oui, oui (elle rit). Il y a beaucoup d’histoires à raconter ! Cela m’a pris du temps à réaliser ! La famille est tellement grande et nous avons tous fait des études alors je croyais que c’était pareil pour tout le monde. Puis je me suis dit « Tiens, les cousins de mon père ne sont pas vraiment comme nous ! » Mon père a dans les 80 ans et la plupart des hommes de son âge ici n’ont pas reçu une éducation formelle et n’ont pas fréquenté l’université. La plupart sont de self made hommes d’affaires. Mon père dit que c’est sa mère –de Ras Al Kaima- qui l’a poussé. Mon grand-père avait un dau et naviguait entre ici, l’Inde et l’Iran. Donc il mettait toute la famille sur le bateau et partait pour Bombay. Et comme Bombay faisait partie de l’Empire britannique, tout ce petit monde fréquenta l’école anglaise catholique (elle éclate de rire). Ce qui est bien. Il a appris l’anglais et a fait médecine avec ses frères et sœurs. Quant au reste de la famille, sa génération mais la suivante aussi, a fait médecine. Donc ce n’est pas très surprenant. Nous sommes très ennuyeux !

Sur votre site, vous affichez ouvertement votre mariage mixte et le fait que vous ayez deux filles. Est-ce une façon de mettre vos patients en confiance ?

J’ai rencontré mon mari à Sharjah. Il est américain. Il travaillait comme grand reporter pour la télé et couvrait la guerre Iran-Irak. Il était en train de se convertir à l’Islam alors c’était pratique (elle rit). Pour moi…

Et pour vos parents ? Ont-ils approuvé ?

Je ne suis pas sûre qu’ils aient encore vraiment accepté. Ça va faire 25 ans ! Ce n’est pas leur premier choix, disons. Mais ça va. Maintenant que je vieillis, je commence à apprécier ma famille. Jeune, on a tendance à les juger. Mais plus âgé, vous commencez à comprendre que vous êtes qui et ce que vous êtes grâce à eux. Lorsque je rencontre d’autres femmes locales, je suis surprise par les combats qu’elles ont à mener. Nous en avons aussi mais les miens étaient d’ordre professionnel et non familial. J’ai grandi dans une famille où je ne savais pas qu’on avait le choix, que ce n’était pas une obligation d’aller à l’université et d’étudier. C’était comme ça. Tout le monde y allait. Et aujourd’hui je dis à mon père « Attends, il y a des gens qui prennent un café le matin, un cappucino ! Pourquoi ne m’as-tu pas dit qu’on avait le choix ! » (elle rit). J’ai eu de la chance. Je rencontre des femmes qui doivent se battre pour étudier, pour avoir accès à une éducation ou pour étudier à l’étranger. Encore aujourd’hui.

Quels autres combats les femmes doivent-elles encore mener ici ?

Celui-ci est important. C’est mieux aujourd’hui car nous avons beaucoup d’universités. De nombreuses universités internationales ont une branche à Dubaï ou Abu Dhabi, ce qui a facilité les choses pour toutes ces femmes que leur famille ne laissait pas partir seules à l’étranger. Ce n’est pas la même chose que lorsque vous quittez le pays. En partant à l’étranger, vous apprenez aussi l’indépendance, à être avec les autres, à cuisiner, à nettoyer. Ce n’est pas seulement les études, c’est toute la vie de campus. Je n’avais jamais cuisiné chez mon père et tout à coup je me suis retrouvé seule au milieu de nulle part. Le Mac Donald ça va un moment !

Où avez-vous étudié ?

J’ai obtenu mon diplôme principal de médecine à Dublin.

Pourquoi Dublin ?

On a choisi pour moi. Mon généraliste et mon dentiste étaient tout deux irlandais. Ils ont insisté. Il y avait encore les problèmes avec l’IRA et je me souviens de ma mère qui refusait« Pas question, il y a des bombes … » Mais ils disaient que c’était au nord et que l’école se trouvait dans la partie sud du pays. Ma mère a pris une carte et a répondu « Mais c’est encore trop près ! » Il a fallu beaucoup de persuasion. Puis j’ai fait d’autres diplômes au Canada et au Texas.

Puis vous avez décidé de vous spécialiser dans la chirurgie du cancer du sein ?

Après avoir obtenu mon diplôme en oncologie chirurgicale à Dublin, je suis revenue à Dubaï. J’ai fait mon stage à l’Hôpital russe. Puis je suis retournée en Grande Bretagne pour terminer mes études de chirurgie générale, mes spécialisations en oncologie chirurgicale et en chirurgie du sein.

Le cancer est-il encore tabou ici ? Les gens parlent-ils encore de « cette maladie » de peur de l’attraper ?

Ce tabou existe partout. Lorsque j’étais étudiante en médecine en Irlande, nous n’avions pas le droit de prononcer le mot commençant par « C » devant les patients. Même à cette époque, c’était quelque chose que l’on cachait. Ici le cancer est tellement courant, il y a tant de différentes formes de cancer… Une femme locale me disait l’autre jour que le cancer était devenu comme la grippe. Lorsque je lui ai annoncé qu’elle avait un cancer et lui ai demandé si elle était surprise, elle a répondu que tout le monde avait le cancer. Et c’est vrai, c’est une réalité.

Y a-t-il plus de cancers du sein ici que dans d’autres parties du monde ?

On ne sait pas.

J’ai lu que les femmes développaient des cancers du sein dix ans plus tôt qu’en Europe et aussi jeune que 17 ans ?

Honnêtement, nous ne possédons pas de statistiques fiables car nous n’avons pas de registre du cancer. Mais nous observons une tendance similaire aux autres pays du Golfe et de l’Afrique du Nord : les femmes développent des cancers plus jeunes et des types de cancer beaucoup agressifs. Et nous ne savons pas pourquoi.

Même les étrangères ?

Oui. C’est pourquoi nous avons besoin d’un registre du cancer. La majorité de la population de Dubaï étant étrangère, c’est difficile à expliquer.

Les femmes sont-elles pudiques ici en ce qui concerne le cancer du sein ?

Cela dépend. Les jeunes sont tellement informées et il y a eu beaucoup de sensibilisation faite dans les grandes villes. Parmi les plus âgées, certaines se doutent qu’elles l’ont mais ne l’affrontent pas parce qu’elles estiment que cela ne vaut plus la peine. Mais c’est plus facile de leur en parler. Je vois des personnes superstitieuses qui pensent que si elles en parlent, elles l’attraperont ou un truc dans le genre. Mais le cancer s’est tellement banalisé, que les gens ne sont plus choqués.

Les gens sont sensibilisés ?

Oui. Le problème principal que j’ai à affronter est la jeunesse de mes patientes. Ce sont des femmes dans la fleur de l’âge : elles travaillent, ont des carrières, sont maman et les voilà qui développent un cancer, si jeunes. En Europe, 80% des cancers du sein ont lieu après 50 ans. J’ai de la chance si je vois une femme de 50 ans. En ce moment j’ai deux patientes de 28 ans, des femmes dans la trentaine, quarantaine… C’est pourquoi j’aimerais étudier cette tendance de façon scientifique. Les informations que nous avons sur le cancer du sein proviennent de pays où il y en a beaucoup mais je ne sais si elles sont pertinentes pour nous. Il me semble que notre cas est différent. Est-ce génétique ? Sommes-nous plus enclines ? Pourtant les femmes font tout ce qu’elles sont supposées faire pour minimiser leurs chances : elles ont leurs enfants jeunes, allaitent – l’Islam encourage à allaiter deux ans-, ne prennent pas d’hormones. Et pourtant, elles ont des cancers et plus tôt que tout le monde.

Qu’avez-vous vu comme progrès ici dans le domaine des femmes depuis que vous êtes enfant ?

Je n’ai jamais eu de problèmes ici de quelque sorte. Comme je vous l’ai dit, dans ma famille étudier était une évidence. Ma mère, qui s’est mariée adolescente, était une femme extrêmement forte. Je n’ai réalisé que plus tard en grandissant, que la personne que l’on devient dépend en grande partie de ceux qui vous éduquent. J’ai été élevée par une femme dont le mantra était le « non » ne fait pas partie des possibles, n’existe pas dans mon dictionnaire. On ne lui disait jamais non, ni que c’était impossible. Tout est possible, cela dépend de ce que vous prêt à sacrifier pour y arriver. Voilà la mère avec laquelle j’ai grandi. Elle est toujours comme ça. Elle vit la moitié de l’année en Californie. C’est une artiste, tout à fait différente. Et même du point de vue de mon pays : lorsque j’ai dit que je ferai médecine, j’ai obtenu une bourse du gouvernement et personne ne m’a jamais empêchée d’y arriver du fait que j’étais une fille. Personne ne m’a empêchée de devenir chirurgien bien que ce soit un métier traditionnellement masculin et qui le reste. Personne ne m’a conseillé de choisir plutôt la gynécologie ou la pédiatrie, des disciplines plus féminines. J’ai eu de la chance, j’ai été soutenue tout le long. Même lorsque je suis revenue et qu’il n’y avait pas de femme chirurgien, il n’y a eu aucun problème car les gens ont réalisé qu’en fait il y avait un besoin. Je recevais des patients qui préféraient avoir affaire à une femme même en bas de l’échelle. Et lorsque je suis devenue la première femme chirurgien des E.A.U, il n’y en avait pas plus de 2% en Grande Bretagne et 10% aux Etats-Unis. Alors, on n’était pas si loin derrière ! Je comprends mieux pourquoi. A l’époque, j’ai suivi ma passion. Mais ce n’est pas un chemin facile. Je n’aimerais pas que mes enfants suivent cette voir, car c’est long, fatiguant et vous sacrifiez une grande partie de votre vie.

Et en général ?

C’est totalement différent. Mon Dieu ! Je rentrais pour voir mes grands-parents. Tout a changé : la façon dont ils vivaient, plus tranquille, plus lente. Avec le recul, c’était peut-être mieux mais je dis cela en tant que personne plus âgée. Lorsque je suis venue travailler à l’hôpital russe dans les années 80, jeune et célibataire, je trouvais tellement ennuyeux. J’en voulais plus. Aujourd’hui il y a plus de tout : culture, art. Je ne peux croire tout ce qu’on a maintenant.

Vous avez deux filles de 6 et 8 ans ?

Oui mais je les ai eu à 40 ans car c’était impossible avant avec ma carrière.

Les hommes et les femmes sont-ils égaux ici ?

Je n’ai jamais été confronté à une impossibilité de faire quoi que ce soit. Jamais. Même à la maison, si vous rencontrez mes oncles et tantes, nous prenons nos repas tous ensemble même si il est de tradition de s’asseoir à part.

Mais votre famille est particulièrement libérale, ce qui est rare ?

Très.

D’autre part, vous n’êtes pas voilée ?

Oui, ça c’est moi. Et certaines femmes de la famille le sont. Je travaille comme ça. Je ne peux pas être en abaya et sheila avec ce que je fais.

Vous portiez l’abaya ?

Non. Pas régulièrement.

Et vos parents ne vous y obligeaient pas ?

Pas du tout. J’ai de nombreuses tantes et cousines qui se couvrent et c’est bien. Mais c’est encombrant pour moi : je traite avec du sang et des tripes…

Une chose est la famille et votre choix personnel, mais quelles sont les réactions au niveau social ?

La plupart des femmes qui portent l’abaya et le sheila le font plus par tradition que pour des raisons religieuses. Elles le portent lâche, on voit leurs cheveux. C’est plus une question de mode. Ces gens là n’y voient aucun problème. Celles qui me font des commentaires sont les religieuses qui portent le hijab très ajusté ou le niqab. Mais dans notre religion vous ne pouvez forcer personne. Ils doivent embrasser la religion. On embrasse l’Islam. Personne ne peut vous obliger à vous convertir. Personne ne peut vous obliger à vous couvrir. Donc ça va, je m’en sors.

Quels challenges les femmes ont-elles encore à relever ?

La chose principale et j’essaye de le dire aux femmes, est qu’il n’est pas facile d’accéder au sommet. Et il y a encore beaucoup d’autres questions culturelles auxquelles nous devons faire face. En principe, vous commencez au bas de l’échelle et vous gravissez les échelons jusqu’au sommet. Mais le problème c’est que beaucoup de filles vraiment intelligentes, qui réussissent bien à l’université, s’arrêtent en cours quand elles se marient, ont des enfants et que leurs maris leur disent qu’elles doivent rester à la maison, qu’elles ne peuvent pas travailler. C’est un problème que nous n’avons pas encore résolu. Les femmes ont cette motivation mais il faut encore qu’elles résistent, continuent et ignorent les influences extérieures. Je suis devenue la première femme chirurgien mais je n’étais pas la première à essayer. Et le problème est que les gens abandonnent. J’ai eu mes enfants tard parce que je savais que sinon je n’arriverais pas où je suis. Dans tous les domaines, je vois des gens se lancer et laisser tomber. Et cela me contrarie un peu. Et puis, elles sont soutenues financièrement, pas comme des femmes qui n’ont pas le choix économiquement. Leur mari leur dit qu’elles n’ont pas besoin de travailler, qu’ils gagnent suffisamment, elles ont une maison ou des aides du gouvernement… Du coup, elles ne donnent pas tout ce qu’elles peuvent. C’est ce qui nous manque. Personne ne les arrête pourtant. Elles ont toutes les opportunités et la loi de leur côté. Nous ne sommes pas en Iran où certains métiers sont interdits aux femmes. Cela n’existe pas ici. Tout est possible. Mais je voudrais voir cette passion. Tout à l’heure, une patiente m’a demandé un congé maladie pour deux jours parce qu’elle est enceinte. J’ai opéré le matin et accouché l’après midi, attendre un bébé n’est pas une maladie. Cela me dérange car je constate qu’elles ne sont pas heureuses dans leur travail, qu’elles n’exercent pas un métier qui les passionne. Beaucoup choisissent d’être fonctionnaires par confort et pour les avantages au lieu de domaines où elles pourraient faire la différence et y travailler.

Parlez-vous l’arabe à la maison ?

Très mal. Mes filles ont besoin de cours. C’est un problème.

Vous êtes-vous mariée traditionnellement ?

Oui ! On a fait les trois jours !

Ça a dû être quelque chose pour votre mari ?

Non parce qu’il a vécu en Orient longtemps. Il a vécu épisodiquement en Inde, au Pakistan, en Afghanistan, au Liban, en Iran pour couvrir les conflits. Il connaît mieux mon pays que moi quelque fois et la religion, n’en parlons pas. Lorsque vous êtes éduqué d’une certaine façon, vous le tenez pour acquis. Lui a dû étudier et vraiment s’immerger. Il avait ce mix Oriental-Occidental alors que moi je suis d’ici tout en ayant passé beaucoup de temps ailleurs. Nous sommes comme les deux faces d’une même médaille.

Dr Houriya Kazim a fondé Well Woman Clinic

www.wellwomanclinic.com

Voir les commentaires

Ebtisam Abdulaziz : « I was born an artist »

Publié le par Kyradubai

Ebtisam Abdulaziz : « I was born an artist »

Sitting in the midst of the 163 pieces she just showed at The Third Line Galery, in Al Quoz Dubai, Ebtisam Abdulaziz, one of the most brilliant artist of the UAE, tells about herself. Her art works as a reflection, erecting bridges between her experience and the viewers'. QUESTIONS AND ANSWERS.

When did you know you would become a professional artist ?

I was born an artist. My family found I acted different from my brothers (2) and sisters (3). I loved to sit alone, writing, drawing, sketching. I am very curious. I would go searching for things in my dad’s cupboard. He actually was supposed to be an artist –he loves painting and calligraphy ; he has a nice handwriting - but sacrificed everything to raise us. Every Friday he would organize a movie projection at home so in his cupboard I would find lots of stuff like lenses, pieces of film roll. My mum had a very lovely voice. They were ready to have an artist in the family.

Your father encouraged you to become an artist?

My father used to travel a lot. He gave me colorful papers and pastel painting. Before my graduation, he would see me painting. He even framed one of my drawing for a friend ambassador. When I was twelve, I was reading this art magazine my dad used to bring back from Kuweit until 5 in the morning. He would find me reading it when he woke up for his prayers. I was naughty in a way, doing things that my family was not really happy with.

Did you get support from elsewhere?

In grade 7, I was very good at painting and during a class I helped a friend. The teachers reaction was to kick my ass for it instead of appreciating. There was no serious curriculum in art.

You alwways hesitated betwwn art and science. How did you manage to join the two fields?

At school, there was a lot of competitions in drawing but there was no art curriculum yet. When I graduated, I knew nothing about the big names. In Al Ain university I chose to study something related to art or science, math to be more specific, which I love. It was a tough decision. In Al Ain, there was a college related to art but it was more to become an art teacher.

What did these acacdemic years teach you?

Being a girl in an arabic family, suddenly going alone at university helped me become more independent, detached. All around the UAE, arabic families have lots of rules. You depend on your father. Boys have much more power and freedom. So starting university, meeting people, exchange with other girls, not go home at night, be on your own. It is real life suddently : you have to count on yourself, get to know who you are and discovering the freedom that we all need.

But what about art?

One year before graduation, the university organized an art competition among all the students. I thought « Lets do a sketch ». The next day, the professor came to me and asked : « Did you study art ? ». I was doing a degree in maths. He said I should take the first price because he felt bad his students were doing less good after having taken classes. It was the first tme someone appreciated what I was doing and encouraged me.

Maths weren't enough anymore?

After graduating in maths, I did something one would call crazy. I sometimes do crazy stuff. I am a very moody person. So I started doing graffiti on the white wall in my accomodation room. The supervisor started shouting : « You will be fired ! » I told her I loved to do that. And actually it looked nice so she told me to paint it back in white and she did not report it.

The name of this show is "Autobiography 2012". How would you define yourself?

As a person I am sensitive. Anything can make me cry : seeing a poor man on the street. But at the same time I am a very strong woman. I can fight anyone to get what I want in terms of my rights. And I have a lot of dignity. I am a very moody person. I love crazy things. I cannot be in a routine. I like ups and downs. I love working. I have to have a project. I cried the night after the exhibition started. It was like delivering the baby. My sister said "Comon you cried before the exhibition and now you cry again !"

Is your career the priority?

I am not married. Maybe I have been too busy doing things. Or maybe men don't see buzy women as a good wife. I am trying to find the reason ! And I am too smart. Smart is a challenge for Arab men. I am a very logical person. I can accept talking in a very logical way. Artists have a bad reputation : they are more crazy people, not stable, they have strange moods… But my target is to get married in 2013 ! I am still this curious little girl so I want to explore how it is to be a wife and mother.

After graduating in maths, how did you move to become an artist?

I graduated in 1999. I could get a job easily wiht my certificate but I told my Dad that I would at least take a course in art. So my sister drove me to the Fine Art Society in Sharjah and I was lucky because they said a three months course was starting the following day. I learnt basic still life, charcoal, pencil, pastel, acrylic. We got lectures on modern and conceptual art. My work was exhibited. I got the certificate. My Dad said "Hallas ! Now you come home ! "But i said I wanted to do more and I joined the Art Society, used their faclities, read their library books. They became my friends and I was little by little part of the group.

When did you have your first exhibition?

In 2004, I told someone there I had this thing on my mind but I couldn't do a painting about it : I wanted to mix maths, science and art. And he told me to read about the systematic art movement of the 1940’s. And I used it in my art and I came out with 4 or 5 huge projects around maths. I did my first solo exhibition in Sharjah Art Museum. The first really serious exhibition.

You use codes in your work. Explain.

I want to encourage people to investigate, search and ask. It is not only esthetics but I want to speak to the educated people and have a dialogue with them through my art pieces. I dont want them to say "Oh these are lovely colors", but i want them to think different. What message is behind ? Each piece has a concept. This is why I don't have a medium. The concept drives the medium. I will use video if I need movement and sound. I will use installation.

Why Ebtisam 2012?

It says something about me. Here you have an autobiography of Ebtisam 2012. I am using different outputs and elements. The domino is three paintings : drawing on canvas with a black pen. It says so much about Ebtisam. Behind is my character, my biography. When I was driving, the plate numbers attracted my attention. Each car was like the I.D. of the person driving. I tried to find an equation to relate to these numbers. I thought I should include this because it says a lot about me. I collected plate numbers from a trip from Sharjah to Abu Dhabi. I collected plate numbers coming in order and I thought about the domino because it has something to do with my childhood. We used to play it as kids. It is something familiar to Ebtisam but it gives something to others. I encourage the audience to read domino in a different way and do calculations in their minds. It says a lot about my personality : I am a minimal, sharp and honest person. It is close to me.

Are you an obsessed person?

I love systems. Sometimes I go crazy without system. I have a routine in the morning and if one part’s missing, I miss one, I feell something’s wrong.

Do you say personal things in a hidden way because privacy is very much valued in the Emirati culture ?

Yes and no. Drawing my diary says so many things in an abstract and hidden way. It is not because I am not strong enough to say it but it happened that way. I can stand in front of an audience and talk about women issues around the world related to all aspects. But this time it happened that way. It is more abstract. I dont hide myself. I am not afraid of breaking rules or borders.

In your opinion, what challenges lie ahead women in the UAE?

As an artist representing the UAE at the first Venice Bienale, I was happy my dad saw my performence. He just smiled. He understood how serious I was and he had a big question mark when he saw it. I was standing next to him explaining it to someone and he was surprised. He had a good reaction. How come an arabic, islamic woman, does that ? He did not say anything though. One of our issues is how can we do things without upseting . What are our borders ? What are we aloud or not to do ? The freedom is sometimes an issue. I cannot travel alone: it is my father’s decision. Not matter my age.

How old are you?

I am 36. We need a solution for that. And I need someone in my life who will not stand in my way and stop me from doing things. I am mature enought to chose what is right and what is wrong.

INFO

Ebtisam abdulaziz first solo show « Autobiography 2012 » at The Third Line was hold between December 5, 2012 until January 16, 2013. “A work that seamlessly shift between intimacy and science, imparting details into the artist’s private thoughts and the visual coding that symbolizes her systematic thinking“.

BIOGRAPHY

She is a multidisciplinary local artist and writer based in the UAE. Reflecting her Bachelor’s Degree in Science & Mathematics, Abdulaziz incorporates her unique perspective on mathematcs and the structures of systems rto explore issues of identity and culture through installations, performance pieces and works on paper. Abdulaziz has exhibited as part of the Inaugural UAE and ADACH Pavilions at 53rd Venice Biennale, as well as the 7th Sharjah Biennial ; Languages of the Desert, the Kunst Museum, Bonn, Germany : Dubai Next, a collaboration between the Dubai Culture and Arts Authority and Vitra Design Museum Basel, 2008 ; Arab Express, a group exhibition at The Mori museum, Tokyo, 2012 ; 25 years of Arab Creativity, the Institut du Monde Arabe, Paris ; Inventing The World : The Artists as a Citizen, Benin Biennial 21012, Kora Cnetre, Benin ; Abdulaziz is a member of the Emirates Fine Art society and Tashkeel editorial team, was a participant in the 2007 Emirates Foundation Grant Program Art Panel, and has recently been selected as one of the artists for the 2013 Artists-in-Residency Dubai program, a collaboration between Art Dubai, Delfina Foundation, The Dubai Culture and Arts Authority (Dubai Culture) and Tashkeel. Abdulaziz work is housed in several prominent public and private collections world wide including the Collection of Deutsche Bank AG, Germany ; Farook collection, UAE and Ministry of Culture & Youth Collection, Abu Dhabi, UAE. She currently lives and works in Sharjah, UAE.

Courtesy of The Third line.

« Abdulaziz’s work lies at the crux of ht epush-pull of order/disorder, and of private/public. As viewers we are complicit in the work, and read and weave into i tour own daily lives ; the artist appears to expose the daily intimacy of domestic life, yet through her method of working and reworking, of creating and recreating interpretive systems, she actually builds protective layers of meaning into her work. »

Antonia Carver, Fair Director, Art Dubai

Voir les commentaires

Ebtisam Abdulaziz : « Je suis née artiste»

Publié le par Kyradubai

Ebtisam Abdulaziz : « Je suis née artiste»

Entourée de ses 163 œuvres exposées à la galerie The Third Line, Ebtisam Abdulaziz, l’une des artistes les plus en vue des Emirats Arabes Unis, se raconte. Car son art fonctionne en miroir, dressant des ponts entre son expérience et la notre. QUESTIONS-REPONSES.

Quand avez-vous su que vous deviendrez artiste professionnelle ?

Je suis née artiste. Ma famille trouvait que je me comportais différemment de mes frères (2) et sœurs (3). J’adorais m’asseoir seule, écrire, dessiner, faire des croquis. Je suis très curieuse et j’allais fouiller dans le tiroir de mon père à la recherche d’objets. Il aurait pu devenir artiste : il adore la peinture et la calligraphie ; il a une très jolie écriture. Mais il a tout sacrifié pour notre éducation. Chaque vendredi, il organisait une projection de film à la maison et dans son tiroir je retrouvais des bouts de film, des objectifs etc. Ma mère, elle, avait une très belle voix. Ils étaient prêts à accepter une artiste dans la famille.

Votre père vous a donc encouragé dans cette voie ?

Mon père voyageait beaucoup. Il me ramenait de belles feuilles de couleur et des pastels. Il me voyait peindre et il a même encadré l’un de mes dessins pour un ami ambassadeur. Il ramenait du Koweit un magazine d’art que je dévorais toute la nuit. A 5 heures du matin, quand il se levait pour la prière, il me retrouvait en train de lire. Aux yeux de ma famille, je n’étais pas sage.

Avez-vous reçu d’autres formes de soutien ?

A l’école, j’étais forte en dessin et un jour en cours de dessin j’ai aidé une camarade. La prof a réagi en me grondant au lieu d’approuver ma démarche. Il n’existait pas de programme d’art sérieux.

Vous avez toujours hésité entre les sciences et l’art, jusqu’à réussir à marier les deux disciplines ?

A l’école, il y avait beaucoup de concours de dessins mais pas de cours en tant que tel. Lorsque j’ai terminé mes études, je ne connaissais rien des grands noms de l’art. A l’université d’Al Ain, j’ai hésité entre des études d’art ou de sciences, de mathématiques pour être précise, que j’adore. C’était une décision difficile. Il y avait à Al Ain une école liée à l’art mais c’était plutôt des études pour devenir professeur d’art.

Que vous-ont apporté ces années universitaires ?

En tant que fille élevée dans une famille arabe, partir soudain seule à l’université m’a aidée à devenir plus indépendante, détachée. Dans tous les émirats, les familles arabes ont beaucoup de règles. Vous dépendez de votre père. Les garçons ont beaucoup plus de pouvoir et de liberté. Alors, commencer l’université, rencontrer des gens, échanger avec d’autres filles, ne pas rentrer le soir à la maison, être seule, c’est la vraie vie tout-à-coup. Vous devez compter sur vous-mêmes, apprendre à vous connaître et découvrir la liberté dont nous avons tous besoin.

Et l’art dans tout ça ?

Une année avant le diplôme, l’université a organisé une compétition d’art ouverte à tous les étudiants. Je me suis dit « Allez, fais un croquis au crayon ». Le jour suivant, le professeur est venu me voir et m’a demandé « Avez-vous fait des études d’art ? » Je faisais une licence en maths. Il m’a dit que je méritais le premier prix. Il se sentait mal à l’aise que ses étudiants aient fait moins que moi alors qu’ils avaient suivi des cours. C’est la première fois que quelqu’un appréciait ce que j’avais fait et m’encourageait.

Les maths ne vous suffisaient plus ?

Après mon diplôme de maths, j’ai fait quelque chose de fou. Je fais des choses un peu folles de temps en temps. Je suis très lunatique. J’ai recouvert le mur de ma chambre de graffitis. La surveillante a hurlé : « Tu vas être renvoyée ! » Je lui ai dit que j’adorais faire ça. Et d’ailleurs ça rendait bien. Elle m’a dit de tout repeindre en blanc et ne m’a pas dénoncée.

Cette exposition s’intitule « Autobiographie 2012 ». Quels sont les traits de votre caractère ?

Je suis quelqu’un de sensible. Un rien me fait pleurer : voir un pauvre homme dans la rue. Mais je suis aussi une femme très forte. Je me battrai contre n’importe qui pour mes droits. Et j’ai beaucoup de fierté. Je suis très lunatique. J’adore les choses folles. Je n’aime pas la routine. J’aime les hauts et les bas. J’aime travailler. J’ai besoin d’avoir un projet. Le lendemain du vernissage, j’ai pleuré. J’avais accouché. Ma sœur m’a dit « Mais tu pleurais avant l’expo et maintenant tu pleures encore ! »

Votre carrière est votre priorité ?

Je ne suis pas mariée. Je crois que j’ai été trop occupée ou peut être que les hommes ne voient pas les femmes actives d’un bon œil en tant qu’épouses. J’essaie de trouver une explication ! Et je suis trop intelligente. Une femme intelligente est un challenge pour les hommes arabes. Je suis quelqu’un de très logique. Les artistes ont très mauvaise réputation : ils sont plus fous, pas stables, ont d’étranges humeurs… Mais mon but pour 2013 est de me marier ! Je suis toujours cette petite fille curieuse et je veux découvrir ce que c’est que d’être épouse et mère.

Suite à votre licence de maths, comment en êtes-vous venue à devenir artiste professionnelle ?

J’ai eu ma licence en 1999. Avec mon certificat j’aurais facilement pu trouver du travail mais j’ai dit à mon père que je ferai au moins un cours d’art. Alors ma sœur m’a conduite à la Fine Art Society de Sharjah et j’ai eu de la chance car un cours de trois mois commençait le jour suivant ! J’ai appris la base de la nature morte, le crayon, le pastel et l’acrylique. Nous avions aussi des cours sur l’art moderne et l’art conceptuel. Mon travail a été exposé. J’ai eu le certificat. Mon père a dit « Hallas ! Maintenant tu rentres à la maison ! » Mais je voulais continuer et j’ai rejoins la Fine Art Society. J’utilisait leurs équipements, lisait les livres de la bibliothèque. Ils sont devenus mes amis et petit à petit j’ai intégré de leur groupe.

Quand avez-vous exposé pour la première fois ?

En 2004, je me suis confié à un ami de la Fine Art Society. J’avais cette idée en tête mais je n’arrivais pas à la peindre : je voulais mélanger les mathématiques, les sciences et l’art. Il m’a orientée vers le mouvement d’art systématique des années 40. J’en ai fait usage dans mon projet et j’ai réalisé quatre ou cinq énormes œuvres autour des maths. J’ai fait mon premier solo show au Musée d’Art de Sharjah. Ma première exposition sérieuse…

Vous codez votre travail. Expliquez.

Mon but est d’encourager les gens à enquêter, chercher, demander. Il ne s’agit pas uniquement d’esthétique, je veux m’adresser aux gens éduqués et engager un dialogue avec eux par l’intermédiaire de mes œuvres d’art. Je ne veux pas qu’ils se contentent de dire que les couleurs sont belles, mais qu’ils pensent différemment. Quels messages cachent-elles ? Chaque œuvre a un concept. C’est la raison pour laquelle je n’ai pas un medium de prédilection. Le concept appelle le medium. J’utiliserai la vidéo si j’ai besoin de mouvement et de son. Ou une installation si nécessaire…

Ebtisam Autobiographie 2012… Pourquoi ?

Prenez les dominos. Ils fonctionnent sur trois niveaux. Ils disent beaucoup sur Ebtisam. Il s’agit de dessins sur toile au stylo noir. Et en toile de fond, il y a mon caractère, ma biographie. Lorsque je conduisais, les plaques minéralogiques ont attiré mon attention. Chaque voiture est comme la carte d’identité de la personne au volant. J’ai essayé de trouver une équation qui se rapporte à ces chiffres. J’ai pensé qu’il était important d’inclure cet élément car il dit beaucoup sur moi. J’ai noté les numéros des plaques des voitures lors d’un voyage de Sharjah à Abu Dhabi dans l’ordre où elles arrivaient, et j’ai pensé aux dominos car ils ont quelque chose à voir avec mon enfance. Nous y jouions quand j’étais petite. C’est quelque chose de familier à Ebtisam mais cela apporte aussi quelque chose aux autres. J’encourage le public à lire les dominos d’une autre façon et à faire des calculs dans leur tête. Cela dit beaucoup sur ma personnalité : je suis minimale, précise et honnête. Cela me ressemble.

Avez-vous des obsessions, des TOC ?

Des TOC, non, je ne crois pas. J’aime les systèmes. Sans système je deviens folle. J’ai ma routine le matin et si l’un des éléments manque, je sens que quelque chose ne va pas.

Vous exprimez-vous de façon indirecte et codée parce que l’intimité est un élément primordial de la culture émirienne ?

Oui et non. Dessiner sur mon agenda révèle beaucoup de choses de façon abstraite et dissimulée. Ce n’est pas du tout parce que je ne suis pas assez courageuse pour le dire mais c’est arrivé comme ça. Je peux me tenir face à un public et parler de tous les sujets relatifs aux femmes dans le monde entier par exemple. Cette fois, c’est plus abstrait. Je ne me cache pas. Je n’ai pas peur d’enfreindre les règles et de dépasser les frontières.

Quels sont les challenges que doivent encore relever les femmes aux E.A.U ?

J’étais heureuse que mon père soit le témoin de ma performance comme artiste représentant les Emirats Arabes Unis pour la première fois à la Biennale de Venise. Il a juste souri. Mais il a compris à quel point c’était sérieux et il y avait un grand point d’interrogation sur son visage. Il se tenait debout à côté de moi alors que j’expliquais ma démarche à quelqu’un et il avait l’air surpris. Il a bien réagi. Comment une femme arabe et musulmane peut-elle faire cela ? Pourtant il na rien dit. Un de nos soucis en tant que femmes est comment réaliser des choses sans contrarier. Quelles sont nos frontières ? Qu’avons nous le droit ou pas de faire ? La liberté est parfois un problème. Vous savez, je ne peux pas voyager sans mon père, c’est sa décision. Peu importe mon âge.

Quel âge avez-vous ?

36 ans. Il me faut une solution. J’ai besoin de quelqu’un dans ma vie qui ne se mettra pas en travers de ma route et m’empêchera de faire ce que je désire. Je suis suffisamment mature pour choisir ce qui est bon pour moi et ce qui ne l’est pas.

Info

Le premier solo show d’Ebtisam Abdulaziz pour The Third Line, « Autobiography 2012 », s’est tenu du 5 décembre 2012 au 16 janvier 2013. Elle est résidente au Fort Al Fahidi de Bastakia jusqu’en mars et exposera son travail à la foire de Sikka.

BIO

Ebtisam Abdulaziz est une artiste et écrivain locale basée aux E.A.U. Inspirée par sa licence en en Sciences et Mathématiques, Abdulaziz intègre dans ses œuvres sa perspective originale des mathématiques et de la structure des systèmes dans le but d’explorer des questions d’identité et de culture. Pour ce faire, elle utilise des installations, des pièces de performance et des dessins. Abdulaziz a inauguré le Pavillon des E.A.U et de ADACH à la 53è Biennale de Venise. Elle a exposé ses œuvres à la 7è Biennale de Sharjah « Langages du désert », au Kunst Museum de Bonn en Allemagne ; à Dubai Next, une collaboration entre L’autorité de Dubaï pour l’art et la culture et le Vitra Design Museum de Bâle en 2008 ; à Arab Express, une exposition collective au musée Mori de Tokyo en 2012 ; pour les 25 ans de la Créativité Arabe à l’Institut du Monde Arabe de Paris ; à Inventing The World : The Artists as a Citizen, à la Biennale du Benin en 2012, au Kora Centre, Benin. Abdulaziz a participé au panel du programme de subvention de l’Emirates Foundation en 2007 comme membre de l’Emirates Fine Art Society et de l’équipe éditoriale de Tashkeel. Elle a récemment été sélectionnée pour être l’une des Artists-in-Residency Dubai Program de 2013, une collaboration entre Art Dubai, Delfina Foundation, The Dubai Culture and Arts Authority (Dubai Culture) et Tashkeel. Son travail fait partie de plusieurs collections publiques et privées de renom dans le monde, dont la collection de la Deutsche Bank AG, Allemagne ; la collection Farook, E.A.U et celle du Ministère de la Culture et de la Jeunesse d’Abu Dhabi. Elle vit et travaille dans l’émirat de Sharjah.

Infos The Third line.

«L’œuvre d’Abdulaziz se situe au cœur de l’attraction-répulsion ordre / désordre, et privé / public. En tant que spectateurs nous sommes les complices de son travail que nous lisons et tissons dans nos vies quotidiennes ; l’artiste semble exposer l’intimité quotidienne de la vie domestique mais par sa méthode de travail et re-travail, de création et de re-création de systèmes d’interprétation, elle superpose des couches protectrices significatives sur ses œuvres.»

Antonia Carver, Directrice d’Art Dubai

Voir les commentaires

« La photo, c’était ma passion », Shaikha Jasem, première photographe des EAU

Publié le par Kyradubai

« La photo, c’était ma passion », Shaikha Jasem, première photographe des EAU

Assise au milieu du sanctuaire de ses œuvres, nichée dans une maison du quartier d’Umm Suqeim, Shaikha Jasem Al Suwaidi raconte ses souvenirs d’enfance… A près de 80 ans, elle est fière d’être la première photographe des Emirats Arabes Unis. RENCONTRE.

Shaikha Jasem est née dans les années 40 à Deira, dans le quartier de Frij Al Murar. DubaÏ était alors un village de pêcheurs et de négociants au milieu du désert…

« Nous étions pauvres. Mon père était pêcheur de perle à Bur Dubai. Il travaillait pour Al Ghandi. Il passait trois à six mois au large pour nourrir la famille. La vie était dure. Notre survie dépendait de la mer. Pour gagner un peu plus, la plupart des hommes partaient travailler quelques années au Qatar ou au Koweit. Nous avons vécu quatre ans à Doha. Un jour, mon père est tombé malade. Les conditions étaient si rudes… »

Sur le dau, les marins chantent des « Naham » pour se donner du courage. Des chants collectifs entonnés tout le long du jour, de l’aube au coucher. Une sorte de bourdon extrêmement grave qui raconte le manque et fait office de prière. On claque des mains et quelques tambours et cymbales accompagnent cette mélodie du large.

« Ils l’ont jeté sur la plage et il est mort de fièvre quelques mois plus tard… Mon père était un excellent pêcheur. Il ramenait tant de coquillages que les chefs le faisaient plonger avec deux diyeen, les paniers qu’ils accrochaient autour du cou pour y déposer les huîtres perlières. A 10 ans je suis devenue orpheline. »

Avant l’Union de 1971, Dubaï faisait partie des Trucial States, un groupe d’Emirats du Golfe Persique. Il n’y avait pas de vrai port, seulement la crique et des pistes cabossées qui y menaient. Les gros bateaux étaient amarrés au large et l’on envoyait du quai, les dau chercher les denrées. Les hommes ramaient jusqu’au navire pour débarquer les marchandises et les ramener sur la berge.

« Deux gros cargos venant d’Inde s’arrêtaient au large deux fois par mois: une fois au début et une fois à la fin. Depuis Muscat, ils envoyaient un télégramme au bureau de Gray Mackenzie pour avertir Sheikh Saeed bin Makhtoum (le fils de Sheikh Rashid) de leur arrivée et demander qu’on envoie les dau chercher le riz, le sucre, l’huile etc. On appelait ces bateaux, Sennan pour ceux qui venaient, et Maaly pour ceux qui partaient. Cela signifie aller-retour. Dans ce bureau, travaillaient deux Britanniques et deux Indiens. Je m’en souviens bien, vous comprendrez pourquoi… »

Port Rashid entra en activité en 1970 sous le gouvernement de Sheikh Rashid bin Saheed Al Makhtoum, alors Souverain de Dubaï. Gray Mackenzie Dubaï et son responsable George Chapman dirigeaient le port qu’exploitait la compagnie Dubai Port Services. Elle était dirigée par Mohammed Sharif qui réorienta alors ses opérations d’arrimage et de mouillage sur le tout nouveau port.

« Mohammed Sharif traduisait les télégrammes pour le Sheikh. Il prit pitié de ma mère et moi. Nous habitions une Al Kaimah, une maison traditionnelle en feuilles de palmier. Elle jouxtait la sienne qui, elle, était en dur. L’Islam nous enseigne que la veuve doit rester quatre mois et dix jours dans la maison sans en sortir. Mais nous commencions à manquer de nourriture et Mohammed Sharif est venu à notre secours. Il a dit à ma mère : « Enfile des chaussettes, couvre toi entièrement et sort chercher à manger». Et comme nous n’avions plus aucun moyen de subsistance, il a envoyé ma mère chercher les télégrammes à sa place. Puis, il nous a recueillies.

Avant que le pays ne se modernise, les Emiriens avaient pour habitude de passer l’été dans des maisons appelées Al Arish agrémentées de tours à vent. Ils déménageaient volontiers dans des tentes afin de se protéger des nuits fraîches des mois d’hiver. La région de Dubaï, en tant qu’entité indépendante vit le jour en 1833. Quelque millier d’hommes de la tribu de Bu Flasa s’y établirent, dont la plupart à Bur Dubaï.

« La maison de Mohammed Sharif abritait d’autres orphelins comme nous. C’était un homme riche. Il était très moderne et avait toujours les dernières choses à la mode. En échange, il demandait aux enfants d’aller porter les télégrammes à Sheikh Saeed qui passait les mois d’été à Dar Ibn Al Haytham (quartier du Musée de Dubaï). L’hiver, le Sheikh habitait à Shandara, c’était un peu plus loin à pied… »

Le récit de Sheikha Jasem est interrompu par la prière de sa fille. La vieille dame réajuste sa burga et propose un thé. Autour, ses petits enfants rentrés de l’école et d’autres plus jeunes encore, grignotent des biscuits. En fonds sonore, la télévision retransmet un match de football.

« Un soir en amenant un télégraphe au bureau, j’ai vu l’un des employés, un Indien montrer aux autres une photographie. Je me tenais à la fenêtre car nous n’avions pas le droit d’entrer et j’essayais tant bien que mal de voir ce qui se passait. J’étais très excitée. Je disais « Qu’est ce que c’est ? Qu’est ce que vous avez dans la main ? Montrez-moi ! Montrez-moi ! » J’étais curieuse de tout ce qui était nouveau. L’employé m’a montré la photo et l’instrument magique qui l’avait fabriqué : un appareil photo Agfa avec trois objectifs. Il les appelait des « yeux » ! Je lui ai demandé si il pouvait me le prêter. Comme je vivais chez Mohammed Sharif, il a accepté. »

Assises dans l’un des fauteuils trônant au milieu du majlis (salon de réception), Sheikha Jasem propose de traverser le jardin où poussent les arbres qu’elle vient de planter afin d’accéder à la petite maison qui lui sert d’atelier. Une caverne d’Ali Baba dans laquelle elle conserve ses photos mais aussi toutes ses œuvres bricolées à l’aide tout ce qui lui tombe sous la main.

« J’ai toujours été très créative. Enfant, je dessinais tout le temps. A l’époque, le pain et les dates arrivaient enrobées dans du papier journal venu d’Inde. Je recopiais les images avec un morceau de charbon de bois. Dans les années 50, il n’y avait pas encore la lumière à Dubaï, alors je m’étais fabriqué une lampe avec une frange de tapis trempée d’essence que j’avais glissée dans une bouteille. L’un des employés de Gray Mackenzie a même montré mes dessins à George Chapman. Il a voulu me tester et m’a donné un énorme carton sur lequel il ma demandé de reproduire l’un de ces fameux croquis iraniens que l’on voyait partout. Et je l’ai fait ! Tout le monde savait que je dessinais. »

Mais la vraie passion de Shaikha Jasem est la photo. Elle ne s’en lasse pas. Et depuis son AVC, comme ses mouvements sont moins précis, elle s’amuse avec son téléphone portable. Et tout est bon à prendre.

« J’ai d’abord photographié ma mère. Puis, j’ai eu l’occasion de partir à Bombay avec Mohammad Sharif qui s’y rendait pour subir une intervention médicale. Nous sommes tous partis en bateau : six jours de mer. Quand j’ai vu Bombay et toutes ses lumières, j’ai dit : « Mais qu’est ce que c’est que ça ? Le paradis ? » Aujourd’hui, je remercie Dieu de m’avoir fait vivre assez longtemps pour voir Dubaï encore plus illuminée que Bombay ! Nous avons passé trois mois à l’hôpital. Je prenais des photos avec les infirmières, les médecins. Sheikh Rashid bin Sultan Al Nayan séjournait aussi dans cet hôpital mais je n’ai pas osé prendre des photos avec lui ! Une jeune femme avec un homme… »

A l’époque, Shaikha Jasem portait la burga longue, jusqu’à la poitrine. Elle montre une photo de ce masque qu’elle ne se résoudra jamais à abandonner. Comme de nombreuses femmes de cette génération, le porter est tout naturel. Certaines dorment même avec. Les femmes l’enduisaient de produits exfoliants afin qu’il leur serve aussi de traitement esthétique. La burga était raccourcie au moment du mariage montrant le nouveau statut de la jeune épousée.

« C’est là que Mohammad Sharif a vu à quel point j’aimais la photographie. Il m’a dit : « Baba, tu aimerais un appareil photo ? » Et il a pris l’initiative d’écrire au propriétaire du magasin de photo à Dubaï. On l’appelait Captain. Il s’appelait Abdul Karim. J’ai ainsi eu mon premier appareil. Et puis je savais que le docteur Mohammad Habib –le médecin des émirs- avait une chambre noire. J’ai demandé à sa fille si elle pouvait m’apprendre à développer les photos. Elle a d’abord refusé alors j’ai gagné son amitié et j’ai pu apprendre le développement. La photo, c’était ma passion ! Mes enfants me disaient même qu’elle passait avant eux ! Mohammad Sharif m’a ensuite offert ma propre chambre noire et le matériel nécessaire. »

Ameena, l’une des filles de Sheikha Jasem- la vieille dame a eu quatre filles et deux garçons-, explique combien sa mère a inspiré de nombreuses vocations artistiques dans la famille : trois petites filles photographes et une fille et une petite fille peintres.

« Je leur ai transmis mon amour de l’art, de la création. Je ne m’arrête jamais. J’ai besoin de créer. Je dessine, je fabrique des objets de toutes sortes, en bois, en papier, en carton, je brode aussi. Je me suis même mise au jardinage. Même lorsque j’étais occupée avec les enfants, j’ai continué à prendre des photos. La technologie évoluait. J’ai ensuite eu un polaroid. Je n’ai jamais pensé que ce hobby pouvait être une profession. Personne ne me l’a jamais dit. C’était une autre époque. Les filles n’étudiaient pas. Elles n’avaient pas le droit de sortir d’ailleurs. Elles passaient de leur père à leur mari. Les femmes de mon époque s’occupaient de leur mari, de la maison, de la cuisine, des enfants. Elles n’avaient pas le droit de sortir, de s’asseoir avec les hommes. Nous apprenions seulement le Coran à la Mutawa’ah. J’allais à la Mutawa’ah Halimah. J’ai juste appris l’alphabet. Je ne savais ni lire, ni écrire. »

En 2010, Sheikha Jasem se fait remarquer par Sheikh Mansoor bin Mohammed qui lui propose une exposition collective et la publication d’un livre de photo du vieux Dubaï. Elle reçoit la même année le prix Sheikh Mansoor bin Mohammed pour la photographie. Elle a reçu de nombreux prix depuis dont celui de Sheikha Aisha Al Qasimi à l’occasion de la Journée Mondiale de la Femme.

« De nos jours les femmes travaillent avec les hommes. Elles sont femmes d’affaires. A quarante ans, j’ai commencé l’école en première année. J’ai étudié jusqu’à la quatrième année mais quant ont commencé les cours d’anglais et de science – et des mots imprononçables comme oxygène- j’ai arrêté. Pourtant je suis ambitieuse. J’aurais pu être professionnelle. J’aurais aimé travailler. Si la société avait été ce qu’elle est aujourd’hui, j’aurais été photographe professionnelle. Mais aujourd’hui alors que ce serait possible, je n’ai plus la force d’aller de l’avant.»

Shaikha Jasem cherche à montrer des photos qu’elle a prises sur l’Ipad familial. De ses doigts courts, elle le feuillette, passant d’une image à l’autre, aussi rapidement que le font ses petits enfants.

« Je ne peux oublier ce qu’a dit Sheikh Mohammed. Un jour viendra où vous sortirez de votre nouvelle maison et vous ne saurez comment y revenir. J’adore cette phrase. »

Une partie des photos ont étét prises au Dubai Heritage Village à Sindagah, exposition Dreams of the Sea

Shaikha Jasem dans son atelier d'Umm Suqeim

Shaikha Jasem dans son atelier d'Umm Suqeim

En arrière plan, quelques unes de ses photos

En arrière plan, quelques unes de ses photos

Autoportrait

Autoportrait

Autoportrait

Autoportrait

Photos des fils de Shaikha Jasem

Photos des fils de Shaikha Jasem

Les hommes passaient trois à six mois au large pour nourrir leur famille.

Les hommes passaient trois à six mois au large pour nourrir leur famille.

On envoyait les dau décharger les gros bateaux de leurs marchandises.

On envoyait les dau décharger les gros bateaux de leurs marchandises.

Sur le dau, les marins chantent des « Naham » pour se donner du courage.

Sur le dau, les marins chantent des « Naham » pour se donner du courage.

Nous habitions une Al Kaimah, une maison traditionnelle en feuilles de palmier.

Nous habitions une Al Kaimah, une maison traditionnelle en feuilles de palmier.

La vie était dure et il n'y avait pas de lumières à Dubaï.

La vie était dure et il n'y avait pas de lumières à Dubaï.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 > >>